REFLEXION

VENDU A 5.000 DA LE GRAMME : Le métal jaune hors de portée



VENDU A 5.000 DA LE GRAMME : Le métal jaune hors de portée
Le marché de l’or, à Oran, connaît une hausse vertigineuse. Tel est le constat fait au niveau des différentes bijouteries de la ville. L’envolée, du prix du métal précieux sur le marché mondial semble prendre la direction d’un nouveau sommet historique. Depuis quelques semaines, l’or se vend à près de 5.000 DA le gramme. Ainsi, son prix a connu des augmentations allant de 30 à 40% par rapport à l’année dernière (2010), où son prix n’était que d’environ 3.500 DA/gramme. Dans les bijouteries du centre-ville, le prix du gramme ouvragé importé d’Italie est proposé entre 4.500 et 5.000 DA. Pour le bijou de fabrication locale, le gramme est cédé entre 3.800 et 4.200 DA. Le gramme d’or « cassé » oscille entre 2.800 et 3.000 dinars. Chez les artisans bijoutiers par contre, notamment à M’dina J’dida, le prix du métal jaune est nettement inférieur, à celui proposé dans les boutiques «chic».En effet, les coutumes locales veulent que la femme algérienne ait son coffret à bijoux, et les traditions nuptiales et la dot imposent aussi l’achat de bijoux. Cette tradition, est observée dans le cadre de l’épargne familiale en prévision des coups durs. Toutefois, la hausse des prix de l’or a poussé de nombreux jeunes à reporter leur mariage, à une date ultérieure et certains bijoutiers ont baissé le rideau, devant le flagrant manque flagrant de clientèle, en effet selon ces derniers, ils se contentent de regarder et s’enquérir des prix, avant de s’en aller. Les bijoutiers sont unanimes, pour reconnaître que depuis une année et plus les ventes ont baissé, devant la flambée du prix de l’or, du jamais vue. En plus la bourse de l’or ne cesse de grimper, et le marché informel pose un réel problème. Pour autant que l’on sache, l’informel fait paradoxalement augmenter les prix, au lieu de les casser. «C’est parce que tous les circuits du marché sont sous la mainmise de la maffia de l’or qui décide à sa guise des prix», soulignera un bijoutier activant au centre-ville. Du côté de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), on explique cette envolée des prix de l’or ouvragé par la forte demande, une hausse dit-on qui n’est point due au cours mondial de l’or. En d’autres termes, le marché de l’or algérien est bel et bien déstructuré par l’informel. Les ateliers clandestins, sont plus nombreux et leur nombre a fortement augmenté depuis le début des années 90. L’importation illégale de l’or de l’Italie, Dubaï, Libye et des pays du Sahel frontaliers est efficiente. Le taux contrôlé, par le marché parallèle de l’or ne peut être comparé avec celui d’un autre pays où l’or est considéré comme une valeur sur et il est régie par les règles des autres monnaies. En attendant, les réseaux de contrebande s’intensifient et le gain récolté est énorme.

A.Yzidi
Mardi 23 Août 2011 - 11:00
Lu 604 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+