REFLEXION

Urgences medicales et penurie de consommables : Qui est responsable ; l’Etat ou le citoyen ?

Avant de culpabiliser l’Etat et à travers lui le secteur sanitaire que nous ne défendons pas ici, il y a lieu de citer un exemple, à savoir qu’avant de prescrire une ordonnance à un malade, on l’ausculte pour diagnostiquer le mal dont il est atteint pour pouvoir lui prescrire le traitement approprié.



Urgences medicales et penurie de consommables : Qui est responsable ; l’Etat ou le citoyen ?
Partant  de cet exemple,  nous nous sommes rapprochés  des services des urgences médico chirurgicales (U.M.C) de Tigditt pour pouvoir déterminer et situer les responsabilités de chacun.  Cependant, il est judicieux de préciser  que par définition, les U.M.C   ne doivent  prendre en charge et traiter que les cas très graves  qui nécessitent une urgence et non pour une consultation  normale. A  cet effet, nous avons entamé nos investigations sans pour autant se faire remarquer. Notre mission était d’observer  les médecins en plein exercice ainsi que l’afflux  et le comportement anarchique et l’esprit  malveillant de certains  citoyens  afin de pouvoir différencier les vrais malades des pseudos malades  imaginaires dans le but d’établir un constat qui s’est avéré amer  et faire un diagnostic sur le tas et qui n’est pas reluisant  sur la situation réelle qui prévaut  aux services des urgences. L’équipe  de garde des médecins qui exercent la nuit débute entre 20h300mn et 21h00. Dès leur arrivée,  les cabinets de consultation sont assiégés par un grand nombre de malades venant  de tous les  quartiers de la ville et même de la périphérie et parfois même des villages avoisinants.  Malgré la présence des éléments des services de sécurité ainsi que les agents de sécurité relevant du secteur sanitaire, les pauvres  médecins sont débordés et travaillent difficilement devant l’impunité et le mauvais comportement de certains qui veulent passer en consultation avant les autres. Durant toute la semaine, l’afflux des malades commence  plus ou moins normalement jusqu’à 23h00 mais ce n’est  que vers minuit que se déclenche l’anarchie. Par contre, le calvaire des médecins, du personnel para médical ainsi que des agents chargés de la sécurité est constaté durant les week end et les jours de fêtes où c’est le débordement.    On en voit de toutes  les couleurs, à savoir que subitement arrivent des blessés très graves  suite à des accidents mortels de  la route qui parfois par manque de spécialistes et de matériels pour une technique de pointe qui pourraient sauver certains blessés  sont évacués illico presto vers le CHU d’Oran et même vers des centres spécialisés à Alger  ou à l’étranger. Par ailleurs, d’autres blessés leur parviennent et c’est le gros lot à savoir celui des agressions à l’aide de coutelas, de hache et l’utilisation d’autres armes blanches  contre d’honnêtes citoyens  pour les voler ou bien en raison de batailles rangées contre deux gangs  d’où résultent des  morts et des blessés graves auxquels fait face l’équipe  de médecins qui vivent durant chaque  garde  dans le stress et l’insécurité car la plupart du temps, ils se font agresser par ces malades qui parfois sont sous l’effet de la drogue ou de psychotropes bien que  c’est devenu monnaie courante dans  la société  mostaganémoise.  Mais ce qui est  décevant et ridicule jusqu’à la bêtise, c’est  de voir que certains énergumènes se ramènent aux urgences pour une piqure de moustique et demandent à ce qu’on leur fasse une injection, un autre se présente car il prétend qu’il a la migraine et exige qu’on lui administre une bouteille de sérum. Quant au troisième, il vient pour changer son plâtre parce qu’il est mouillé etc..  Alors que d’autres centres sont ouverts  durant la journée, mais ces  malades imaginaires préfèrent les U.M.C de Tigditt.  Mais si c’était payant comme chez le privé, ces derniers ne s’aventureront jamais  à y aller car le plâtre est à 3000,00da  chez lui. Et c’est tout le problème de la gratuité des soins dans le secteur public. Donc, par ces comportements négatifs, ces personnes privent d’autres malades qui ont en vraiment besoin.  Les services des urgences consomment approximativement 400 seringues jetables par jour sans  parler des autres produits consommables. En conclusion, l’Etat a une part de responsabilité dans tout cela.  Le citoyen à son tour est plus responsable de cet état de fait par son incivisme, sa mauvaise foi  par le gaspillage et le profitage.  Quand, le citoyen deviendra t-il un jour mur, responsable et changera de mentalité ?   
Perdus pendant 4 jours en haute mer L’actualité des harragas fait aussi état d’assistance de 11 harragas par un navire de commerce en plein large, le 15 de ce mois. Ceux là avaient pris départ vers l’éldorado ibérique, depuis la plage de Bahara dans la commune d’Achacha à 101 km à l’Est de Mostaganem. Or, après que le guide ait perdu le nord, la barque s’est vue en train de dériver sans aucun repère, pendant 4 jours et 4 nuits, sans eau ni nourriture pour ses occupants. Ils ne durent leur salut qu’à un navire marchand qui passait dans les parages, avant de les remettre aux gardes cotes. 
 

EL HOUCINE
Mardi 18 Septembre 2012 - 23:00
Lu 526 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Norhan27 le 19/09/2012 21:29
Cette fois ci , je ne suis pas d'accord avec vous , car d'une exception vous faites une généralité, certes il y a quelques citoyens qui pour un bobo s'adressent aux urgences de Tigditt mais la plus grande majorité sont des vrais malades qui sont quelques fois trés mal reçus , allez y voir l'acceuil ; là aussi il ne faudra pas accuser tout le personnel. Mais sachez qu'on va aux urgences qui si on es vraiment obligé et que la défaillance du priv nous pousse à le faire.Messieurs;il n'est pas de votre nature de cacher les choses, que se passe t'il ? j'espère que la grangène mostaganémoise ne vous a pas contaminé et je l'espère de tout coeur , nous serions trés déçu. Bonne chance

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+