REFLEXION

Une politique diversifiée des carburants est la garante de la sécurité nationale

Je note avec satisfaction en ce mois de juin 2015 mais hélas huit années après que l'APRUE institution relevant du Ministère de l'Energie, reprend les actions préconisées de l'audit réalisée sous ma direction, assisté des principaux dirigeants et cadres supérieurs de Sonatrach, d’experts indépendants et du bureau d ‘Etudes de renommée mondiale américain Ernest Young réalisé entre 2006/2007 intitulé « une nouvelle politique de carburants en Algérie dans un environnement concurrentiel »(1). Ayant été auditionnée par la commission économique de l’assemblée nationale populaire APN dont j’ai présenté les principales conclusions, où j’avais attiré l’attention du gouvernement sur l’urgence d’une nouvelle politique de carburants. L’historie nous a donné raison.



1.-En effet, le constat  est une importation massive de véhicules  de tourisme  dont la facture s’est élevée à  3,725  en 2013 et 2,956 milliards de dollars en 2014. Le  parc est passé de  2,9 à 5,7 millions de véhicules durant la période de 2000-2013, selon l’ONS, les véhicules de tourisme qui représentent 71% du parc 21% pour les fourgonnettes et 2,5% pour les camions avec une moyenne d’âge pour 2013 de 22,2% pour les moins de 5 ans, 11,82% entre 5/9 ans, 5,24% pour la tranche 10/14 ans, 4,08% entre 15/19ans,  et 56,66% pour 20 ans et plus .  La facture d’importation pour les automobiles de transport de marchandises s’est élevée   à 2,104 milliards de dollars en 2014 contre  2,225 en 2013, les données de l’ONS sous estimant, en volume physique,  sans doute  cette rubrique, l’ONS reconnaissant  que  seulement en 2013 .56,8 % ont fait l’objet d’une immatriculation définitive, soit 314.872 tous genres confondus.  Par ailleurs, l’année 2014  a enregistré un volume de ventes  de 339.094,  274.628 véhicules particuliers (VP) et 64.466 véhicules utilitaires (VU). Par rapport à 2013, le marché global a enregistré une baisse de 19,65%, véhicules particuliers et véhicules   utilitaires. Le véhicule particulier représente 80.99% du volume global contre 19.01% pour les véhicules utilitaires. Tout  en n’oubliant pas que bon nombre d’autres secteurs notamment les boulangeries, l’agriculture, les pécheurs ect.. utilisent également le gas-oil.
2.-J’ai préconisé avec les experts  que l’Algérie devait impérativement changer de modèle de consommation énergétique , de revoir la politique des subventions qui devaient être ciblées (nous avons envoyé une mission en Malaisie , expérience réussie étant à méditer ) ,  privilégier le GPLc , le GNW pour les gros transporteurs, utiliser le BUPRO pour desservir les zones déshéritées tant au Nord, dans les  Hauts plateaux et le Sud car cela  ne demande pas  la  séparation du propane  et du butane, et donc économiser  des investissements colossaux pour des  complexes. Du fait de l'extrapolation de la demande interne en croissance, face à une offre déclinante, le  rapport prévoyait  une  importation massive de gasoil horizon 2010/2014 et également de l’essence sans plomb (importation d’un million de tonnes en 2013). Le rapport insistait sur  l’importance  d’une politique active du stockage pour un espace équilibré et solidaire afin d'éviter les ruptures d’approvisionnement. Or les recommandations n’ont  pas  été appliquées. Ainsi,  l’Algérie a consommé 14 millions de tonnes de carburants en 2012, soit 14% de plus par  rapport à 2011 et a accusé un déficit de production de 2,4 millions  de tonnes. Selon le rapport de la banque mondiale de 2014, les subventions des carburants en 2014  ont dépassé  20 milliards de dollars, le tiers du budget annuel  de l’Etat, alors que 10% de la population la plus aisée consomme plus de carburant que les 90% restant de la population. La consommation de gas-oil a représenté en 2013  70% avec 14 millions de tonnes, alors que la consommation du GPC  entre 300.000/350.000 tonnes, et le  Bupro une consommation presque nulle, étant encore au stade de l’expérimentation. Par ailleurs, l’Algérie qui demeure un des rares pays africains qui utilise encore l’essence avec plomb, l’importe en partie.  Selon un rapport du programme des Nations unies pour l’environnement  (UNEP) publié en  avril 2014 où  la teneur en soufre dans le gas-oil algérien  se situant  entre 500 et 2000 ppm doit   se conformer aux normes internationales en généralisant l’essence sans plomb. Pour Sonatrach, l'Algérie devrait mettre  fin à la production de l'essence plombée, en  produisant deux types d'essence sans plomb le 90 et le 95.
3.-Ainsi, depuis 2011,  les discours vont vers l’optimisme. Je cite l’ex PDG de Sonatrach  en date du 01 juillet 2014 : « l 'Algérie ne connaîtra plus de pénurie, cessera ses importations de gas-oil, en 2015, après la réhabilitation de ses raffineries appelées à fonctionner à plein régime ».  Dans la même ligne d’idées, le Ministre de l’Energie a annoncé  début 2014 que le problème des approvisionnements  sera résolu fin 2014, suivi  début  2015 par le PDG  de NAFTAL qui annonce qu’il n’y a pas de  pénurie, en contradiction avec les longues chaines  dans de nombreuses wilayas. Le  16 avril 2015 le Ministre de l’Energie  devant les députés  annonce officiellement  que les capacités stockage sont  réduites, de 7 à 10 jours maximum et qu’un montant  de 200 millions de dollars sera débloqué  pour arriver à 30 jours horizon 2020. Or il suffit d’une rumeur pour qu’il y  ait rupture des stocks, sept à dix jours étant  largement insuffisants. Cela relève du mangement stratégique qui doit tenir compte de la spécificité de chaque région, pour parer aux  conséquences d'une pénurie qui peut paralyser des secteurs stratégiques comme la défense nationale ou l’économie, engendrant des prix spéculatifs Ainsi, les  stocks stratégiques, distinguant trois grands systèmes complémentaires, les stocks privés, les stocks d’Etat dominants aux USA, Japon, Allemagne, France  et les stocks d’agence ( organisme de droit public ou privé) , sont le résultat d'une politique des pouvoirs publics établie pour faire face à une rupture grave des approvisionnements, liée à une crise pétrolière internationale, une grève de la navigation, un boycott politique, une catastrophe naturelle, voire à une imprévoyance dans la gestion des exportations de certains pays. Par exemple pour la France, il est exigé la constitution de stocks de pétrole brut et de produits finis pour  90 jours  d'importations journalières moyennes nettes, soit 61 jours de consommation intérieure journalière moyenne en carburants. Dans la majorité des pays, le stock de sécurité  dépasse deux mois.
D’une manière générale, il y a urgence de penser à un nouveau modèle de consommation énergétique. L’Energie étant au cœur de la sécurité nationale, selon les prévisions tenant compte de la forte consommation intérieure et des exportations,  à moins de découvertes substantielles, les réserves de pétrole et de gaz traditionnel devraient s'épuiser horizon 2030, devant aller vers un MIX énergétique. L'Algérie pour ne prendre que l’exemple du transport, mais qui concerne  la majorité des secteurs économiques  et l’ensemble des ménages,   s’orientera t- elle   vers  l'essence, au diesel, au GPLc, au GNW (pour les tracteurs, camions, bus), ou  vers les utilisations  hybrides ou solaire, avec la révolution technologique qui s'annonce ? Quel mode de transport en fonction de la stratification des revenus des ménages  devra t- on privilégier ? Quel cout pour le budget de l’Etat engendre  les accidents  sur la route ?  Quel sera le prix de cession de ces carburants et la stratégie des réseaux de distribution pour s'adapter à ces mutations technologiques ?  
(1) - voir étude  pour une nouvelle politique de carburant  ministère Energie Alger  (8 volumes) 2006/2007/ audit réalisé sous la direction du professeur  Abderrahmane MEBTOUL
Dr  Abderrahmane MEBTOUL,  Professeur des Universités Expert international en management stratégique directeur d’Etudes Ministère Energie/Sonatrach 1974/1979-1990/1995-2000/2007

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Mardi 9 Juin 2015 - 18:35
Lu 1953 fois
DÉBAT DU JOUR
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+