REFLEXION

Une oranaise photographiée nue par son petit ami. Elle cède au chantage et vole plus de 100 millions



Une oranaise photographiée nue par son petit ami. Elle cède au chantage et vole plus de 100 millions
Chose est sure, ce n’est pas la technologie numérique qui est responsable des scandales qui minent la société algérienne. La dégradation des mœurs que la société elle-même rapetisse, en est la raison de cette bassesse qui à l’origine de milliers d’indécentes photos et autres inconcevables séquences vidéos lancées au monde entier par le net.
C’est le cas d’une énième algérienne, une oranaise, qui devait penser mille et une fois avant de mettre son corps en tenue d’Eve entre les mains indélicates de son ami. Mais en dépit de la relation non officielle et adultère qu’elle nouait avec son tourtereau, S. L., la femme, âgée de la trentaine presque, n’a pas manqué de se soumettre aux plaisirs ardents de son mec qui au-delà de tous les jeux interdits, voulait encore immortaliser ces moments d’orgie par des …photos souvenirs ! Et la femme, au lieu de s’indigner contre une telle indécente proposition, se plia entre quatre, sans rechigner, ni fleurer toute l’impudeur, toute l’inconvenance et toute la supercherie d’une telle sollicitation. R. M. eut ce qu’il réclama sans se casser la tête et sans se fatiguer en de pressantes implorations, parait-il. Les filles sont, heureusement pas toutes, de plus en plus faciles.
R.M. qui collectionne les numéros de téléphones de bon nombre de jeunes jouvencelles, n’a pas manqué de penser à se faire un peu d’argent facile par le biais de sa concubine. Celle-ci travaillant chez un médecin femme dans son cabinet privé, avait tous les clefs y compris celui du tiroir qui enferme le chéquier de la doctoresse. D’ailleurs, c’est S.L. qui mit son petit ami au courant de tous les secrets du cabinet de l’octogénaire. Le petit ami n’ayant pas donc de quoi rougir, proposa cette fois ci à sa petite copine de retirer de l’argent sur le compte de la doctoresse, lui exhibant sous le nez les fameuses photos d’orgie. Elle aurait pu contacter la police qui pouvait lui dresser un guet-apens. Mais rien de tout cela. S.L. retira par plusieurs tranches dans les environs de 120 millions centimes.
Actuellement, cette affaire comme tant d’autres similaires à ce genre de scandales qui sont à la mode devant nos tribunaux, est en instruction. La femme a reconnu le vol et l’imitation de la signature de son employée. Mais elle a nié avoir réagi de la sorte sous la volonté de son propre chef. Elle s’est dite, poussée par le chantage que son copain a exercé sur elle sous la menace de poster ses photos à sa famille avant de les publier sur le net. Mais elle n’a pas dit si elle a pensé à sa famille quand elle l’avait souillée.

B. Abderrahmane
Mercredi 5 Août 2009 - 08:00
Lu 5093 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+