REFLEXION

Une journée avec un handicapé

TEMOIGNAGE D’UNE MERE DE MOSTAGANEM QUI SE CONFIE A REFLEXION

Dans une rencontre avec l’un des enfants handicapés atteints de trisomie 21, rendue possible grâce à une prise de contact avec une famille qui a bien voulu se confier à notre journal ; La mère nous dira à ce propos : « c’est un défi permanent où s'entrecroisent une lutte continue avec la maladie et des crises qui le secouent et le cas de mon fils Akram est complexe du fait que parfois il s’enferme dans son monde ».



Une journée avec un handicapé
Les premiers temps je me sentais ignorante et désemparée, car s’occuper d’un enfant handicapé est la plupart du temps douloureux. Une singularité, qui rend soudain une famille incomparable aux autres, car une naissance dans quelque famille que ce soit introduit de profonds changements. L'arrivée d'un enfant avec un handicap nécessite un processus d'adaptation complexe et différent : selon l'origine du handicap il y a aussi l'âge de l'enfant, le type du handicap  du fait que vous avez le sentiment d'avoir " raté  quelque chose, mais avec le temps nous avons accepté ce cadeau de Dieu. A partir de cet instant, un environnement chaleureux est né, malgré sa différence, qui est très réelle et  même si ce n'est pas toujours exprimable voire reconnue. Le handicap d’un enfant nous dira cette mère : « dans une famille a des répercussions et rien n'est simple, comme pour tout ce qui échappe à la norme. Vous savez, quand on a un enfant handicapé ont doit être présent en permanence, l’on ne peut même pas s’absenter, il faut qu’il y est toujours quelqu’un de présent alors imaginez une mère qui travaille elle doit obligatoirement abandonner pour s’occuper de lui. Même l’intégration dans un centre spécialisé est difficile et je peux vous assurer qu’une journée avec un  handicapé est une rude épreuve, Dieu merci, malgré tout il y a ce côté positif avec notre fils dont Dieu nous a gratifié et nous ne regrettons rien, je vous dirais même que c’est un don du ciel. Avec un handicapé,  l'immédiat prend tellement de temps et la vie s'apparente à un combat perpétuel. Promener son enfant est parfois une épreuve redoutée et il faut une bonne dose " d'indifférence  aux regards des autres. Les difficultés que nous rencontrons avec Akram, ce sont les problèmes de communication car lorsqu’on lui parle l’on croirait qu’il est ailleurs, ce qui nous fait craindre souvent une atteinte mentale redoutée et nous devons être présents. L’handicap de notre fils nous pousse à l’entourer de toute l’attention, pour lui donner un environnement stable. Interrogé ; le père nous dira :   Notre fils est un trisomique, et  la trisomie 21 est une maladie génétique congénitale provoquée par la présence d'un chromosome en plus. Ses signes cliniques sont très nets, d’où le retard cognitif. L'un des traits les plus notables de cette maladie, est le déficit du développement cognitif, mais aussi un ensemble varié d'autres malformations congénitales comme les cardiopathies. Elle inclut également des acquisitions retardées (marche vers 2 ans et langage notamment) et le développement des aptitudes sociales et affectives est, dans la grande majorité des cas normal. La taille définitive est le plus souvent inférieure à la moyenne. Parfois je crois qu’il est l’otage d’un autre monde  et ce que je vois en lui c’est l’intelligence enfermée car il est trés éveillé et il comprend tout  et j’ai un sentiment d'impuissance, parce que j’aimerais qu’il soit comme tous les enfants normaux. Les sentiments de responsabilité et de culpabilité quelque part sont éternels, car il leur faut une certaine compassion pour aller de l’avant et c’est ce que nous lui offrons et notre parcours est un trajet semé d'obstacles surtout avec l’absence de  projet thérapeutique qui doit se baser sur un échange permanent entre parents et professionnels. On se rend bien compte de la dimension affective de ce type de relation mais on ne saurait occulter ce domaine important des rapports humains en toutes circonstances. Il faut savoir toutes les difficultés que nous avons à élever un enfant handicapé, et cela  ne peut que servir chacun des acteurs engagés dans la recherche du meilleur pour les enfants, et pour les parents. Le savoir acquis par les parents se fait au quotidien dans le face à face avec leur enfant et c’est  d'humanité que les parents et les enfants sont engagés et ont besoin, de cette humanité que l'on devrait donner à chacun.

Rym.B
Mercredi 14 Mars 2012 - 11:26
Lu 509 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par BELMADI "Le Célèbre , Le Glorieux , Le Sublime et Le Magnifique ".......... le 15/03/2012 08:58
@@@.. " Femmes enceintes , pensez à vous faire pratiquer précocement des ECHOGRAPHIES !!!! Débarrassez-vous de ces tabous ,ces pesanteurs et de ces préjugés sociaux et surtout....religieux ...La santé et le bien-être de votre BEBE sont largement au-dessus de vos CROYANCES SOCIALES et RELIGIEUSES....."

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+