REFLEXION

Une jeune fille hospitalisée après une séance d’exorcisme à Batna

Une jeune fille, âgée de 18 ans, a été hospitalisée après avoir été violemment tabassée à l’aide d’un bâton par un exorciste qui était convaincu qu’un diable habitait le corps de la jeune fille en question et qu’il fallait le faire sortir.



La victime a subi des blessures à la poitrine et au niveau du cou, ont constaté ceux qui l’ont prise en charge. Les faits ont eu lieu dans la région de Barika, au sud-ouest de la wilaya de Batna, où la jeune fille en question a eu une crise hystérique aigüe après avoir assisté à la fête du mariage d’un de ses cousins. De retour à la maison, elle s’est mise à ôter ses vêtements en présence de ses proches tout en prononçant des mots inaudibles et des paroles dénuées de sens. Devant la persistance de ces comportements ayant duré plusieurs jours d’affilée, et inquiets de l’état de santé mental de leur fille, les parents ont constaté un guérisseur pratiquant la “ Rokia “, un massage usité par le biais de versets pour guérir d’une maladie quelconque, d’un trouble psychique ou d’une perturbation comportementale mais qui peut évoluer, selon les mentalités, jusqu’à atteindre le stade de l’administration de séries de coups à un “patient” dans le cas où un « diable » est suspecté d’habiter le corps. La violence des coups est proportionnelle à la catégorie de démon à qui les uns et les autres pensent avoir à faire. L’exorciste sollicité pour le cas de la jeune fille perçu comme étant possédée, n’a fait qu’occasionner des blessures à la pauvre qui était certes déphasée mentalement mais dans un état physique normal avant de subir la séance d’exorcisme. Dans ce cas de figure qui est relativement fréquent surtout en milieu rural et semi-rural et concerne généralement les jeunes filles victimes de très grandes pressions dans leur milieu familial, les parents ne déposent généralement pas de plainte pour coups et blessures volontaires même si le pseudo guérisseur s’avère être un vrai charlatan uniquement intéressé par l’argent. Certaines séances de violence sur le corps d’une fille se terminent tragiquement, mais peu de personnes osent dénoncer ce qui s’apparente à un véritable crime. Nous avons vécu  en direct à une scène inédite où un professeur qui a une seconde profession à savoir la Rokia, a été appelé en urgence par d’autres professeurs comme s’il s’agissait d’un docteur pour secourir une élève qui avait perdu connaissance. Devant des regards médusés, il s’est mis subitement à cracher dans la bouche de l’adolescente, ce qui a suscité la colère d’une ou de deux personnes perdues dans la foule.

Ismain
Mardi 11 Juin 2013 - 10:26
Lu 527 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+