REFLEXION

Une fillette retrouvée morte et sans ses reins à Oran

Les habitants de la wilaya d’Oran sont, depuis plusieurs jours, en train de vivre sous le silence d’un terrible drame qui s’est passé au niveau du quartier de l’USTO. Même les occupants de ce haï ne sont pas, tous, au courant de cela, et d’ailleurs, il nous a fallu plusieurs jours pour confirmer l’information.



Une fillette retrouvée morte et sans ses reins à Oran
En effet, et selon des sources officielles, une fillette de 08 ans a été, dernièrement, kidnappée par des malfaiteurs, au niveau de la cité où elle habitait, au début de l’après-midi, profitant ainsi de l’absence totale de la circulation piétonnière et des voisins de cette cité, qui étaient tous occupés dans leurs maisons ou dans leurs postes de travail. Notre même interlocuteur nous affirmera que cette malheureuse fillette a été tuée, et cela dans l’unique but de lui voler ses reins. Quelques jours plus tard, et après des recherches de la part des services de sécurité, qui n’ont mené à rien, la fillette a été retrouvée, au niveau de la cité d’où elle fut kidnappée, morte. Sitôt alertés, les services de sécurité se sont rendus sur les lieux de la macabre découverte, et ont installé un large périmètre de sécurité, avant l’arrivée des ambulanciers du SAMU. Une fois sur la scène de la découverte, le médecin a directement affirmé la thèse du meurtre, mais plus grave encore, il précisera que cette fillette se retrouve sans les deux reins. La dépouille de la victime a été acheminée vers la morgue de l’Etablissement Hospitalo-universitaire (EHU) 1er novembre de l’USTO, et une enquête approfondie a été ouverte par les services de sécurité pour retrouver les auteurs de cet acte criminel. D’un autre côté, et toujours selon notre même source, il s’agirait, certainement, d’un réseau de trafic d’organes humains, dont on n’a pas entendu parler depuis plusieurs mois dans la région ouest du pays. A un certain moment, plusieurs informations circulaient à propos d’un ou plusieurs réseaux spécialisés dans le trafic des organes humains, mais cela a, aussitôt, disparu après l’arrestation de plusieurs personnes impliquées dans le kidnapping des enfants à Oran. Mais voilà qu’en ce début de l’année 2012, ce genre  de crime reprend. Sur le même registre, et toujours selon notre même interlocuteur, ce ne sont pas de simples personnes qui intègrent ce genre de réseau, mais il existe aussi des chirurgiens et des médecins spécialistes qui font le prélèvement des organes des corps des personnes, pour que cela soit bien fait. Interrogé sur la destination des organes volés des corps, notre source nous a précisé que c’est justement là  l’énigme de l’affaire. En effet, la grande majorité de ces organes sont envoyés en Europe, et surtout en France, où le don d’organe a quasiment disparu, ce qui rend les hôpitaux et les cliniques en manque, pour ne pas dire à zéro, d’organes humains, ce qui condamne plusieurs personnes à la mort certaine. « Il y a, peut être, aussi des cliniques en Algérie qui sont sur ce coup, mais pour cela, il faudrait d’abord bien enquêter pour savoir la vérité » conclura notre interlocuteur. Tout cela mène à une seule et unique chose, à savoir : les parents doivent être beaucoup plus vigilent qu’avant.

A.Yzidi
Mercredi 25 Janvier 2012 - 21:58
Lu 2323 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+