REFLEXION

Une famille humiliée et expulsée manu-militari à Mostaganem

Décidément, ces derniers mois, au niveau de Mostaganem, on n’en a pas fini d’assister aux expulsions des familles, sans que les autorités concernées ne réagissent ni ne prennent des décisions pour mettre fin à de telles situations qui viennent encore compliquer le quotidien de ces gens qui se retrouvent du jour au lendemain dans la rue.



Une famille humiliée et expulsée manu-militari à Mostaganem
Le drame dans tout cela c’est que ces expulsions mettent en péril ces familles qui ne trouvent pas un toit pour les abriter, après avoir été expulsées faute d’être pris en charge par les pouvoirs publics qui semblent s’en laver les mains. En effet, dans la journée d’hier,  une famille composée de 5 membres  dont des enfants  âgés  de 3 à 15 ans  se trouvent actuellement dans la rue et sans aucun abri et ce au vu et au su des autorités concernées.  Il s’agit  de la famille Kandoussi, qui vient de se faire expulser de la pièce qu’elle occupait au sein d’un  immeuble  privé situé au niveau du quartier Raisin-ville à proximité de l’agence postale, alors qu’elle payait un loyer de  8 milles dinars  par mois, pour se poser la question sur cette expulsion inattendue, par le propriétaire  de cet immeuble. Une expulsion, qui s’est faite en la présence des forces de l’ordre et d’un huissier. En expulsant cette famille, a t on pensé aux conséquences que cela engendrerait par la suite, et à  l’humiliation subit  et  que l’on vient de la jeter en pâture à la rue. A-t-on seulement pensé, à ces enfants en bas âges et qui souffrent de maladies chroniques  qu’ils ont contracté au fils des années et ce, suite à l’humidité  et en l’absence de commodités adéquates.  Selon les informations recueillies, cette famille a déjà été confrontée à une autre expulsion, l’année écoulée par un autre propriétaire d’un autre immeuble alors qu’elle s’est toujours acquittée de son loyer malgré le montant exorbitant demandé par ces propriétaires d’immeubles.   Au rythme où vont les expulsions de ces familles  il est à se demander ce que font les pouvoirs publics pour remédier à cet état de fait qui a tendance à se multiplier cette année. A croire que l’humanité et la compréhension ont  déserté le cœur de ces propriétaires assoiffés dont l’enrichissement et le gain ont rendu aveugle, pour avoir le courage de mettre à la rue une famille avec des enfants en bas âges et ce, à l’approche du mois sacré de Ramadhan, que Dieu ait pitié de nous.                      

Houssam
Mardi 3 Juillet 2012 - 10:58
Lu 995 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par mahmoudi le 03/07/2012 17:24
pourquoi vous dites à la fin de votre commentaire : que Dieu ait pitié de nous . Non , il faut avoir le courage et dire que Dieu fasse qu'ils aient ( ces propriétaires ) l'une des maladies incurables qui les fera souffrir sans les emporter et pendant très très longtemps ,avec l’espoir que ça contamine leur famille complice de leur méfait. amine rabi el alamine à l'approche du mois sacré.

2.Posté par 505 sr le 07/07/2012 13:00
la france a connu la 2 eme guerre mondiale et en 10 ans elle a tout rconstruie,nous pas de guerre mais du gaz et du petrol et on n'est meme pas capable de donné des logement a son peuple.cela fait 20 ans que j 'entends crise du logement,si on n'est pas capable de donné un logement et de la nourriture aux algériens,qu on le dise .appeler la france elle va reprendre le pays et donnera a manger a tous les algerien et un logement ,on a chasser la france pour sois disant etre libre mais on est libre comme des chiens,ceci est la vérité ,j'en ai marre de voir mes freres souffrir dans ce beau pays que dieu nous a donné et que tant de monde nous envie

3.Posté par ALI le 30/07/2012 04:19
au lieux de charnier les mots,, pourquoi ne pas trouver une solution contribuable
a cette famille n cotisant en clectivité a fin de les mettre a l'abri ? que ponsez vous les parleurs

4.Posté par Dihya. NEK Mostaganem le 02/08/2012 13:26
Salem à toutes et à tous
De telles "histoires" sont superbes pour booster les ventes, les lecteurs vont y aller à coup de : "les pauvres", "c'est inhumain", "il faut faire quelque chose"! Ok, mais faire quoi? Qui va bouger? L'idéal serait qu'il y ait un organisme pour prendre en charge ces situations inhumaines dans lesquelles nos familles se trouvent.

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+