REFLEXION

Une famille dans la rue à Mostaganem

EFFONDREMENT DANS UN IMMEUBLE A LA RUE BERRAIS ABDERRAHMANE

Un regrettable effondrement s’est produit, hier, dans un immeuble sis à la rue Berrais Abderrahmane, suite à une fissuration des murs. L’habitation abritait la famille de M. Ayad Moulay. Cette famille vivait, depuis des années, dans une angoisse apparente. Sur les lieux, nous avons constaté de visu que de larges fissures que ce soit sur la façade principale, les murs porteurs ou à même le sol, à l’intérieur des chambres.



Une famille dans la rue à Mostaganem
Il nous a aussi été donné de constater une remontée des eaux à travers le carrelage dans les pièces de cette habitation. Le danger vient du fait que la maison a été construite sur les flancs d’une haute colline et que le mouvement du sol risque de ne pas cesser de si tôt, un fait confirmé par la déclaration du chef de famille qui affirme que les fissures s’élargissent de plus en plus, au fil des jours, et que de terrifiants craquements se font entendre, chaque nuit, à l’intérieur même des chambres.  De mystérieux bruits qui créent la panique parmi les membres de sa famille, qui ne dorment plus depuis la manifestation de ce phénomène naturel. Alertés, les services concernés, notamment la protection civile, se sont rendus sur les lieux pour y effectuer leurs constats.  Cependant, nous avons appris, hier, de la bouche même des résidents du quartier, qu’aucun service n’est venu pour les informer des résultats des investigations effectuées par le service technique, ce qui rajoute au désarroi de cette famille qui ne sait plus quoi faire devant ce menaçant phénomène, ni à quoi s’en tenir avec toutes ces fissures sur les murs et les effrayants bruits nocturnes. Bien entendu, dans ce cas de figure, le mieux placé pour donner un avis fiable quant à la solidité ou la fragilité de cette maison est le CTC, qui devrait se manifester, soit pour rassurer cette famille ou ordonner, le cas échéant, l’évacuation de l’habitation.  En attendant, les occupants des lieux continuent à vivre dans l’angoisse et à sursauter au moindre bruit, d’autant plus que les commentaires de quelques curieux amplifient leur peur.

Rym.B
Mercredi 13 Mars 2013 - 10:57
Lu 553 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+