REFLEXION

Une éleveuse de vaches laitières dans la tourmente à Mascara

On a rendu visite à la dame B.Z âgée de 67 ans qui s’occupe de l’élevage de vaches laitières dans son domaine agricole situé dans la ferme de l’ex-colon Mali se trouvant dans la localité de Selatna à quelques encablures du chef lieu de la wilaya.



Une éleveuse de vaches laitières dans la tourmente à Mascara
Installée à son propre compte depuis des dizaines d’années, elle fait aujourd’hui face à un problème de taille celui de ne pas pouvoir abreuver ses bêtes fautes d’accès à la source d’eau à partir de laquelle l’eau est colportée jusqu’au domaine pour les bêtes et pour les besoins domestiques, la faute incombe tout simplement à un mur d’enceinte construit par un privé qui a acheté une terre agricole pour en faire une entreprise chargée des travaux d’électricité. On se rend compte que les unités Industrielles s’installent confortablement sur des terres fertiles destinées à l’agriculture, pour priver ce secteur de se développer, malgré que l’Etat investit des centaines de millions de Da dans le seul but de maintenir les fellahs sur leur terre et les inciter à produire afin d’assurer l’autosuffisance du pays. Renseignement pris, la dame nous explique clairement que cette voie est obstruée depuis la construction de ce mur de séparation, or que la voie existe depuis l’époque coloniale. Cet industriel ne pouvait il pas épargné la piste et construire sur le reste du terrain pour au moins assurer le bon voisinage ? Le mur d’enceinte a également touché le domaine d’une EAC avoisinante gênant la croissance biologique des plantations d’oliviers. Le voisin a depuis son installation dans ce domaine privé ses voisins de plusieurs choses essentielles comme la fermeture de cette voie par laquelle toute une famille demeure asphyxiée, même les proches ne peuvent s’y rendre faute de voie d’accès. Les occupants de cette ferme ne peuvent aménager une autre issue puisque entouré par des terrains accidentés et la vallée profonde qui se trouve au bas du précipice qui ne peut permettre l’ouverture d’une quelconque piste. Alors pouvons rester là les bras croisés ou abandonner  tout et partir ailleurs laissant ces terres aux industriels pour faire ce qu’ils veulent. Notre présence dans ces lieux disait la dame demeure presque impossible, nous qui avons résisté à toutes les contraintes vécues, aujourd’hui nous sommes devant un problème qu’on n’est pas en mesure de se mesurer.

B.Boufaden
Jeudi 26 Avril 2012 - 13:31
Lu 360 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+