REFLEXION

Une contestation et une population de travailleurs

LA POLITIQUE DES SALAIRES EN ALGERIE

A l’annonce de la tripartite de donner un coup de pouce au SNMG qui a bougé insuffisamment de la barre de 15 000 DA à 18 000 DA, la contestation était de mise.



Les travailleurs (résiduels) consternés ont appris cette mauvaise nouvelle alors qu’ils s’attendaient à un minimum de 20 000 DA, ont de nouveau ciblé le chef du gouvernement qui le responsabilise dans tout le marasme des salaires et des prix de produits de première nécessité d’où l’anarchie est vraiment pratiquée sur le terrain. Observant les hauts salaires de certains fonctionnaires qui dépassent toute imagination. Travailleurs et retraités ont bien senti la fixation du SNMG à 18 000 DA, comme une sorte d’humiliation par rapport au cours de la vie actuelle et demandent aux députés de la majorité, de faire une expérience pendant un mois de vivre avec 18 000 DA. Toute façon, ce que nous avons remarqué est le fait qui favorise pleinement le mécontentement populaire qui ne cesse de se concentrer dans les milieux des travailleurs, des retraités et des chômeurs.
Par ailleurs, le secrétaire général du Parti des Travailleurs, Mme Louisa Hannoun, n’a pas hésité aussi à s’exprimer d’une manière négative au sujet du SNMG. Hannoun a directement accusé la tripartite d’avoir favorisé le patronat au détriment des travailleurs. Elle ajoute, que cette augmentation est insuffisante pour stimuler le pouvoir d’achat, car cette réunion tripartite, ne s’est basée sur aucune loi, en particulier l’article 87 bis du code du travail qui régule le système de calcul du SNMG. Elle a accusé aussi le patronat d’être derrière le marasme des retraités, alors que Sidi Saïd dira-t-elle avait proposé le relèvement des retraites à 40 %, mais, il ne l’a pas fait avec énergie et insistance, comme il est connu chez les syndicats qui défendaient les travailleurs. Sur le même sujet, aucun commentaire n’est exprimé par les partis politiques au pouvoir et leurs députés.
Selon certains économistes et observateurs politiques, il faut s’attendre dans les prochaines semaines à des grèves paralysantes.

Ibn Khaldoun
Samedi 1 Octobre 2011 - 22:39
Lu 226 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+