REFLEXION

Une bombe écologique à retardement à Ain Nouissy

DES RESPONSABLES INCAPABLES OU Y A-T-IL ANGUILLE SOUS ROCHE

Les habitants de la cité « Les amandiers » située au centre ville d’Ain Nouissy, vivent le calvaire à cause des marchands de légumes informels qui ont poussé comme des champignons et ont transformé la ruelle qui fait face à leurs habitations en poubelle. Les autorités locales, fond la sourde oreille malgré les appels pressants des citoyens pour débarrasser le quartier de cette saleté, qui les a envahi mais en vain. Alors, que le chef de la daïra et le maire dorment tranquillement dans leurs luxueuses maisons, les pauvres gens de ce quartier passent la nuit à chasser les moustiques. Suite à une correspondance signée par des dizaines de citoyens, qui nous est parvenue à la rédaction du journal et qui se disent victimes de discrimination et de laxisme de la part des autorités locales qui à ce jour n’ont pas daigné se pencher sur la situation amère, vécue au quotidien. Une équipe du journal « Réflexion » s’est déplacée sur les lieux : Constat :



Une bombe écologique à retardement à Ain Nouissy
Arrivée sur place,  le spectacle est des plus affligeants  de par l’état de déliquescence qui règne dans la cité du fait de la situation catastrophique engendrée par  des marchands de légumes et de l’informel qui ont investit les lieux. La situation en elle-même est repoussante de par les odeurs nauséabondes que dégagent  les eaux usées à ciel ouvert  à un tel point qu’il est impossible de s’attarder. Cette situation est accentuée par le désordre  et surtout par les marchands de  poissons qui après la vente de leurs  produits  libèrent les lieux sans procéder au nettoyage d’où les odeurs pestilentielles qui investissent l’atmosphère qui devient suffocante. Une telle concentration dans une cité où les marchands et les vendeurs, se sont accaparés les espaces, il est parfois impossible de se frayer un chemin.
Aucun respect pour le voisinage !
 Dans un autre contexte ces marchands ne respectent rien quant au voisinage et se permettent de squatter tous les espaces en dressant des baraques de légumes et de fruits dans une anarchie totale. Cette situation selon les habitants ne date pas d’aujourd’hui et que cela dure depuis plus de 2 ans. Les conséquences de cette anarchie  est fort désastreuse au vu de la situation qui a tendance à s’éterniser et à se propager et ni le chef de Daïra, ni le P/APC  ne semblent inquiets et à ce jour aucune décision n’a été prise pour rétablir l’ordre dans cette cité. A ce stade de la situation les habitants s’interrogent sur le laxisme des autorités locales, alors qu’ils ont à maintes reprises adressés des doléances pour mettre fin au calvaire vécu.
  M. LE WALI N’A RIEN VU !
Selon les déclarations de ces habitants, plusieurs demandes d’intervention ont été adressées à l’ensemble des élus d’Ain Nouissy mais aucune réaction, qui donne à penser que ces responsables prennent enfin leur responsabilité envers la collectivité locale. Autre fait plus grave, pour les habitants de la cité, que lors de la dernière  visite  de travail et d’inspection   du wali M. Houcine Ouaddah à la commune d’Ain Nouissy, les élus de cette commune  sensés représenter les contribuables se sont permis de mettre à l’abri les baraques qui sont la plaie de la cité afin que le chef de l’exécutif ne puisse les voir. Cette façon de faire les choses pour les habitants est considérée comme une trahison  envers eux et de cette manière empêcher que le wali constate un effet flagrant de laisser aller et de mauvaise gestion caractérisée avec la complicité du chef de Daïra, qui à ce jour aucune réaction ni sanction n’est venue  de lui alors qu’il est le représentant du chef de l’exécutif  et que celui-ci a été désigné pour tenir compte des doléances du citoyen.
.
ET SI LE MAIRE OU LE CHEF DE DAÏRA  RESIDAIENT DANS CETTE CITE !
Il semble que ces responsables locaux, ne sont point concernés par les citoyens laissant ainsi  ces derniers se débattre dans les difficultés qui mènent à l’anarchie et au dépassement toléré par l’autorité  elle-même.
 Les citoyens interrogés sont écœurés par la façon dont les affaires de la localité sont gérés, du fait que leurs appels n’ont reçu aucun écho et selon le constat de cette situation fort dégradante est à relever ce qui pose un point d’interrogation sur l’autorité morale et locale du chef de daïra et des élus qui prennent un malin plaisir à ne souscrire à aucune initiative.  Odeurs nauséabondes, eaux malsaines qui débordent sur la voie publique,  juste devant les maisons  provenant de regards éventrés, les habitants excédés sont venus, à notre rencontre, pour nous montrer toutes les carences d’où le déversement à l’air libre des eaux usées et ce devant les seuils des maisons comme l’indique les photos. Selon certains citoyens, ce lieu est devenu  un gite de repli pour les rongeurs « des rats gros comme des chats », et surtout toute une multitude d’insectes nuisibles qui envahissent la cité, dès la tombée de la nuit.  Ce point noir qui fait tache d’huile demeure depuis longtemps sans qu’aucun responsable n’est réagit à ce jour.

Rym
Samedi 17 Décembre 2011 - 20:45
Lu 654 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+