REFLEXION

Un seul facteur pour 80 000 habitants de Bethioua



Les résidents du chef lieu de la municipalité de Bethioua sont confrontés à  un  épineux problème du retard du courrier qui dépasse les vingt jours du fait que l’acheminement du courrier postal  accuse beaucoup de retard dans  la distribution du courrier qui  tarde à venir. La population s’indigne, vitupère et s’interroge sur le peu de cas fait à ce service public de proximité par le responsable d’Algérie Poste. L’image de l’unique  facteur Bachir  portant en bandoulière un sac chargé de courrier et sillonnant les quartiers à grande agglomération ainsi que les douars et hameaux, à la rencontre du citoyen, fait, désormais, partie d’un passé révolu. « Nous sommes pénalisés par la disparition de cette activité, qui nous rendait un service incommensurable. Pourtant, on paie l’affranchissement qui, en principe, inclut l’acheminement de la lettre à son destinataire », s’insurge un retraité résidant dans un quartier à la périphérie du chef-lieu communal. La population des villages, notamment celle des localités excentrées et recluses, est encore plus à plaindre. « Depuis fort longtemps, nous avons appris à ne compter que sur nous-mêmes, en allant récupérer le courrier à l’agence postale du chef lieu de Bethioua », soutient un vieillard du village de Messaissa. Un citoyen du village, un bureautique rapporte que le courrier fait une longue et improbable pérégrination, en passant d’une personne à une autre, avant de parvenir entre les mains de son destinataire final. « Le courrier arrive rarement en temps voulu accuse d’énorme retard dans la distribution, il n’arrive plus en temps normal dépasse parfois les vingt jours pour arriver à son déstinataire.               

Medjadji. H
Mardi 1 Avril 2014 - 11:52
Lu 61 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+