REFLEXION

Un seul centre de santé, et des problèmes à El Hassiane !



La localité d’El Hassiane dispose d’un seul centre de santé pour l’ensemble de la population de l’annexe, y compris les douars qui lui sont rattachés, excepté celui de Kahla qui dispose de son centre de santé. Le personnel médical et paramédical se limite à un médecin généraliste, deux infirmières et d’une secrétaire médicale. Le centre comprend  le bureau du médecin, une salle de soins et une salle d’attente. Les locaux sont exigus et se trouvent dans un état de délabrement avancé. L’hygiène y fait défaut, certainement par manque de femme de ménage. Le médecin effectue des consultations à raison d’une fois par semaine à savoir le dimanche. Selon les infirmières, les malades démunis, notamment les diabétiques et les hypertendus, viennent régulièrement au centre pour un contrôle ou pour des injections. La vaccination des bébés de 1 à 18 mois est effectuée régulièrement. En ce qui concerne les femmes enceintes, vu que la bourgade d’El Hassiane ne dispose pas de maternité, celles-ci se rendent à Aïn Nouissy pour leur suivi prénatal et poste natal. Pour une bourgade de près de 1900 âmes, une maternité est plus que nécessaire dans le suivi des mamans et leurs bébés, sachant par ailleurs que toutes les familles ne disposent pas de véhicules personnels pour transporter leurs épouses vers Aïn Nouissy en cas de complication. A la question posée aux infirmières sur les problèmes rencontrés la réponse était la suivante : « Etant donné les coupures fréquentes de courant électrique, nous ne pouvons garder les vaccins dans le frigo. Ce qui nous oblige à nous rendre régulièrement à Aïn Nouissy pour nous approvisionner ». L’autre infirmière nous parle du matériel utilisé au niveau du centre qui nécessite d’être renouvelé,  en raison de son ancienneté, comme par exemple les thermomètres, le tensiomètre, le pèse personnes etc… « Les patients se montrent parfois récalcitrants et refusent d’admettre que nous manquions de matériels et que cela dépasse le cadre de nos responsabilités », ajoute l’autre infirmière désemparée. « Le centre manque d’agent de sécurité car très souvent nous sommes victimes d’agressions verbales de la part de certains  citoyens mécontents », dira l’une des deux infirmières.  

Mohamed El Amine
Mercredi 21 Décembre 2011 - 12:20
Lu 246 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+