REFLEXION

Un service après-vente quasiment inexistant à Oran !



Le service après-vente fait toujours défaut auprès de beaucoup de commerçants et d’investisseurs au niveau des marchés malgré le certificat de garantie qui prouve son accompagnement aux produits, qu’ils soient de production nationale ou d’importation, alors que de nombreux commerçants refusent délibérément de reconnaitre ce certificat dans leur traitement vis-à-vis de la clientèle, en faisant complètement abstraction des lois et textes,  ce qui ont conduit à poser de nombreuses questions au sujet de l'importance de ce document et quel rôle peut –il jouer après la réception du produit par l'acheteur, en particulier en ce qui concerne la conservation de ses droits.  Il suffit de visiter les différents marchés et magasins de la wilaya d’Oran  pour donner une image claire du problème, à l’exemple du marché de la nouvelle ville, qui connait au quotidien une grande affluence de clientèle, et d’acheteurs, en particulier ceux intéressés par l'acquisition d'appareils électriques où électroménagers, où des clients ont déclaré que le certificat de garantie n’est pas reconnu par les commerçants en particulier, ceux qui sont installés au marché de la ville nouvelle, plus précisément les propriétaires de magasins de ventes des appareils électroménagers, alors que l’un parmi ces clients, M.B, a précisé qu'il ya seulement deux semaines a acquis une réfrigérateur, pour découvrir plus tard la présence de dommages causés par le moteur qui ne fonctionnait  pas convenablement, et quant il a décidé de le retourner au commerçant auprès de qui il l’avait acheté, ce dernier a catégoriquement refusé de le lui changer ou même de le lui réparer soulignant qu'il n’est responsable uniquement que de la vente des produits, mais pas de leur vice de défaut de fabrication. ST, un autre client qui a acheté un téléviseur, à partir du nouveau marché de la ville où il a ensuite découvert qu'il était défectueux, et quand il a essayé de le remplacer auprès du propriétaire du magasin, qui a catégoriquement refusé, alléguant  qu'il l’avait mis à l’essai, et qu’il était tout a fait sans défaut, en ajoutant qu’il n’est pas responsable des défauts qui peuvent surgir après la vente de telles sortes de produits. Le même problème se pose au centre ville, où plusieurs clients rencontrés, ont confirmé l'absence totale de règlementation pour assurer le service après-vente, en soulignant qu'une fois le produit acheté par le client, franchira le seuil de la porte du magasin, son propriétaire n’assume aucune responsabilité de son défaut ou vice de fabrication. Beaucoup de citoyens se sont posés la question sur la faisabilité de leur délivrer un certificat de garantie en l'absence de mesures de surveillance et de dissuasion infligées aux commerçants contrevenants qui ne prennent pas en considération la garantie de ce certificat. Dans ce même contexte,  la Direction du commerce a confirmé qu’elle avait reçu depuis le début de l’année en cours, 03 plaintes, invoquant l’acquisition d’appareils électroménagers, présentant des défauts de fabrication, dont un téléviseur, un appareil de chauffage, où le propriétaire du magasin a manqué à son devoir de réparer les dégâts et que les plaignants ont le certificat de garantie, alors la Direction est intervenue, et le produit a été remplacé. Certains citoyens n’osent pas déposer  de plaintes contre le propriétaire de magasins, ou même d’aller à la justice bien qu'il y ait une commission  spéciale  au niveau de la dite direction pour recevoir les plaintes et les préoccupations des citoyens.  Quant au président de l'Association de la protection des consommateurs, a confirmé que son corps est intervenu plus de 4 fois pour remplacer des marchandises après la découverte du défaut, comme il a également confirmé que le certificat de garantie est un document essentiel pour recouvrer ses droits, et aux clients, le devoir de le conserver pendant au moins un an.        

Touffik
Vendredi 5 Juin 2015 - 21:21
Lu 496 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+