REFLEXION

Un pays riche et une population qui s’habille de friperie !



Depuis la semaine précédente l’aïd, des familles oranaises se sont précipitées vers le marché de la friperie pour s’habiller et habiller les enfants. La même scène s’est reproduite avant la rentrée scolaire. Un père de famille rencontré n’a pas caché sa misère en nous expliquant son cas : « J’ai six enfants, je travaille, je suis fonctionnaire, mais je n’arrive plus à joindre les deux bouts, j’ai deux enfants à l’université et autres entre le moyen et le secondaire, je suis obligé de m’orienter vers la friperie, c’est dommage mais je regrette d’être Algérien, parce que dans ce pays riche on ne devrait pas s’habiller de la friperie » Une autre dame avec deux enfants s’est intervenue : » Il faut que ceux qui sont en haut baisse un peut leurs têtes pour nous observer, ils nous ont rendus misérables. On n’a pas chassé l’«Istiimar » pour vivre cette misère, tout est chère et enflammé mon fils ! » Nous nous sommes rendus au bout du marché pour connaitre les prix de cette friperie rejetée par la population d’outre mer. Un marchand nous expliqua que les prix sont selon la bonne humeur des importateurs, ils analysent la période où il faut relever les prix : « nous, les détaillants nous sommes obligés de nous soumettre, il n y a aucune loi, la seule loi qui existe est le capitalisme sauvage, les pantalons avant le Ramadhan on les vendait dans la moyenne de 100 DA aujourd’hui c’est 200 et 300 DA, à l’approche de l’Aïd, les grossistes ont relevé le prix, vous savez qu’il n’existe aucune pitié, c’est la loi du dinar qui s’impose dans notre pays ». Un autre marchand va plus loin pour nous divulguer des vérités : « La moitié de la friperie n’est jamais achetée à l’étranger, elle est ramassée gratuitement, il y des équipes en France par exemple qui ramassaient tous les jours les habilles déposés dans les bacs réservés à cet effet au profit de la croix rouge, et une autre équipe qui récupère aussi les vieux habilles de l’Espagne auprès des entrepôts des ex drogués, rien n’est laissé au hasard tout est ramassé pour qu’il soit vendu au prix fort en Algérie qui demeure le seul pays du Maghreb à commercialise la friperie au prix fort. Je ne peut pas vous révéler qui sont derrière ce créneau très juteux, mais je sais que des centaines de millions de dinars tournent au détriment des malheureux malgré eux » . Ce qui est sûr, c’est qu’une large majorité des écoliers entame la nouvelle année scolaire habillés de friperie. Des enfants de l’Algérie, le pays le plus riche de l’Afrique !

Ibn Khaldoun
Dimanche 11 Septembre 2011 - 22:01
Lu 608 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+