REFLEXION

Un meurtre et 93 personnes blessées par les pétards à Oran

La wilaya d’Oran a vécu une soirée de Mawlid Ennabaoui sanglante, en enregistrant un meurtre et 93 personnes blessées par les pétards, en seulement quelques heures, apprend-on de sources officielles relevant des 04 grands hôpitaux de la capitale de l’Ouest, à savoir le CHUO, l’EHU, l’hôpital d’El Mohguen et celui d’Aïn El Turck.



Un meurtre et 93 personnes blessées par les pétards à Oran
En effet, et en ce qui concerne le crime, qui a eu lieu suite à une bagarre entre deux clans, au niveau du quartier populaire d’En Nour, c’est à cause d’une histoire de pétard. Selon notre source relevant de l’EHU, des enfants du quartier étaient en train de jouer en se lançant des pétards sur eux, comme chaque année, en formant deux groupes (ceux de l’Est et ceux de l’Ouest) et déclenchent une guerre. A un certain moment l’un des enfants des deux clans s’est grièvement blessé à l’œil, ce qui l’a poussé à rejoindre son domicile parental, afin qu’il soit évacué vers la clinique Bellezrag, de l’ophtalmologie, située au Bd Front de Mer. Exacerbé par ce qui est arrivé à son fils, le père de ce dernier chargera la mère d’emmener son fils à la clinique, pendant qu’il essaye de savoir la vérité sur ce qui s’est réellement  passé. Arrivé sur les lieux du drame, le papa commence à questionner les autres enfants, qui ont dénoncé le coupable. Il décidera alors de lui donner une correction avant qu’il ne disperse tout le monde. L’enfant coupable se rendra, en larme chez son père, à son tour, et lui racontera l’histoire, chose qui a poussé ce dernier à se rendre chez le premier père. Une altercation verbale éclatera entre les deux pères, avant que la situation ne dégénère et se transforme en une bagarre entre adultes.
Les deux hommes se muniront d’armes blanches, et chacun d’eux demande à ses amis de l’accompagner, et c’est la catastrophe. Au cours de la bagarre l’un des deux pères en colère recevra un coup fatal au niveau du cœur, et c’est le second drame. Evacué vers les urgences de l’EHU, les médecins tenteront de le réanimer, mais rien à faire. Il était déjà mort. Sa dépouille a été acheminée vers la morgue du même hôpital, et une enquête a été ouverte par les éléments de la 22ème sûreté urbaine pour essayer de trouver l’auteur de ce crime.
93 personnes, dont 14 adultes, blessées  par les pétards
Par ailleurs, et en ce qui concerne les personnes blessées par les pétards, le nombre a, cette année, atteint les 93 individus, dont 14 adultes, qui ont été victimes de différentes blessures et brûlures au 1er degré, apprend-on de sources hospitalières.
Certains d’entre eux ont été blessés après avoir essayé de faire exploser les pétards dans leurs mains, alors que d’autres ont été brûlés, pour la même raison. Parmi les victimes figurent aussi des enfants et des adultes qui ont reçu des pétards en plein visage et dans l’œil, alors que d’autres ont reçu des débris de verre, à cause de la nouvelle méthode utilisée cette année, à savoir des pétards dans des bouteilles en verre, que ce soit celle de la bière ou de la limonade. Chaque année, les enfants inventent de nouvelles méthodes pour s’amuser durant cette nuit du Mawlid Ennabaoui, mais cette fois ci, ils ont choisi le grand danger.
Où est passée la sécurité ?
Tout le monde sait que la commercialisation des pétards est strictement interdite par la  loi, et malgré cela, des tonnes de pétards ont inondé le marché algérien. Les services de sécurité (gendarmes, policiers et douaniers) ont mis la main sur d’importantes quantités de pétards sur les frontières, comme cela se passe chaque année, et chaque approche du Mawlid Ennabaoui, mais rien à faire, car le commerce des produits interdits à la vente a toujours pris le dessus. C’est là que le citoyen algérien se posera mille et une question, dont la plus importante : Où sont passés les services de sécurité algériens ?       

A.Yzidi
Dimanche 5 Février 2012 - 21:40
Lu 639 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+