REFLEXION

Un lycéen tente de se suicider par immolation à Oran

APRES AVOIR SUBI LE REFUS DE REINTEGRER SON ETABLISSEMENT

Un lycéen de 19 ans a, dans la matinée d’hier, tenté de se suicider par immolation au niveau du lycée Souyeh El Houari, devant les yeux des responsables de cet établissement, mais aussi ses camarades, apprend-on de sources officielles relevant de la protection civile de la wilaya d’Oran.



Un lycéen tente de se suicider par immolation à Oran
En effet, il était environ 09h du matin quand l’élève s’est présenté à son lycée, pour négocier sa réintégration au sein de son établissement après son renvoi définitif pour son échec au BAC, l’année dernière. Ayant catégoriquement refusé sa demande, qui est, en faisant les calculs, totalement légale, et en sachant qu’il peut refaire son année dans le même lycée, le jeune lycéen s’est arrosé de carburant et s’est allumé le corps. C’est la panique totale. Chacun des élèves et des responsables tenteront de l’aider à éteindre les flammes qui n’arrêtaient pas de devenir beaucoup plus grandes et se propager sur tout son corps. Il aura fallu attendre l’intervention héroïque du censeur du lycée pour le neutraliser et éteindre le feu, tout en se brûlant grièvement sur la grande majorité du haut de son corps. Sitôt avertis, les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux du drame, mais il était trop tard. Les deux victimes ont, déjà, été évacuées vers les urgences médico-chirurgicales du centre hospitalo-universitaire d’Oran, où ils ont reçu les soins nécessaires, avant d’être admis au pavillon 02 des brûlés, dont l’élève dans un état très critique. Une enquête judiciaire a été ouverte par les services de la police pour étudier les raisons qui ont poussé l’élève à s’immoler. Il est à signaler que cette rentrée scolaire a enregistré plusieurs incidents entre responsables d’établissements et élèves, pour ce genre de refus de réintégrer les candidats au bac qui ont échoué l’année dernière, malgré qu’ils avaient la chance et le droit de passer leur bac, et malgré les différentes déclarations du ministre de l’éducation, M.Boubaker Benbouzid, qui, à maintes reprises, ordonné aux directeurs des établissements scolaires de donner des chances aux élèves, et ne pas les renvoyer dès la première fois. Mais à ce que l’on voit, on peut dire que les consignes ne sont pas du tout respectées, et que les directeurs, surtout ceux des lycées, continuent toujours à appliquer leurs lois, poussant les jeunes à commettre l’irréparable. Une autre histoire a eu lieu, la première semaine de la rentrée scolaire, au niveau du lycée technique de jeunes filles (appelé actuellement Allal Sidi Mohamed) d’Oran, où un élève qui a perdu son bac pour la première fois a été renvoyé définitivement et le directeur de l’établissement a refusé de le réintégrer, alors que son camarade de classe, plus âgé que lui de 02 ans, fut accepté facilement. Quelque chose cloche. Nous avons essayé de fouiner un peu plus, et nous avons appris que le père de l’élève renvoyé est un simple marchand de fruits et légumes, alors que le père de l’autre est directeur d’une agence de banque de la ville d’Oran. Boubaker Benbouzid doit intervenir dans le plus bref des délais, car beaucoup d’autres élèves de classes de terminales ont été renvoyés de leurs lycées, alors qu’ils ont le droit de repasser leur bac scolarisé.

A.Yzidi
Mardi 4 Octobre 2011 - 10:57
Lu 630 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+