REFLEXION

Un investisseur émigré veut créer un pôle pédagogique international à Mostaganem

De tous les invités entre-autres, investisseurs interviewés à ce jour qui ; pour la plupart d’entre eux ont présenté leurs projets dans les domaines purement technique et matériel tels que l’agriculture, l’agroalimentaire ou l’industrie, sauf cette fois-ci où M. Mohamed Taifour Belmekki ressortissant algérien, vivant en France, et natif de Mostaganem, a choisi d’investir dans le cycle de l’enseignement privé. Pour expliquer son projet il a bien voulu choisir en exclusivité notre journal Réflexion dont il est un fervent lecteur.



Comme il tient à l’affirmer, par amour pour son pays et plus précisément, sa ville natale Mostaganem a décidé de contribuer à son développement en proposant un projet d’investissement sortant de l’ordinaire, qui concerne le créneau de la connaissance dont l’homme est le principal acteur.
En effet, ce dernier  se propose de créer un lycée  et un centre de formation qui  seraient  gérés avec les nouvelles technologies de pointe à l’exemple de cet enseignement à distance (e-learning) dont il a fait l’expérience à Paris en créant un lycée modèle qui est opérationnel  ainsi que d’autres projets qu’il souhaite concrétiser dans sa ville natale.  
Mais avant d’entamer le vif du sujet, la parole fut donnée à M. Mohamed TAIFOUR Belmekki, initiateur du projet pour se faire connaitre au public Mostaganémois. « Je m’appelle Mohamed Taifour Belmekki, né le 29 Mai 1966 à Mostaganem.  Mon cursus scolaire a été comme suit, à savoir : j’ai fait mes études primaires à l’école d’Ibn Badis puis, j’ai poursuivi le moyen au CEM DR Benzerdjeb (ex Voltaire) et enfin mon secondaire au Lycée Zerrouki Cheikh Ibn Eddine de Mostaganem. Après avoir décroché mon bac en mathématiques, j’ai intégré l’université de Mostaganem pour un tronc commun en technologie. Par la suite, et plus précisément en 1988, j’ai intégré l’USTO d’Oran où je me suis spécialisé en décrochant un diplôme d’Ingénieur en Hydraulique.  En 1991, je suis parti en France pour poursuivre mes études doctorales à l’Université de Toulouse.  En 2000, j’ai exercé comme enseignant de maths à l’université de Nanterre (Paris x).  Après 10 ans (fin 2010) passés dans l’enseignement secondaire et supérieur, j’ai décidé de créer un centre de formation pour adultes à Paris.  Fort de cette expérience, j’ai élaboré un projet d’implantation d’un pôle pédagogique qui viendrait en complément au système d’enseignement et de formation dans ma ville natale. Je  porte ce projet en question depuis  près de  24 mois et j’ai essayé de le concrétiser au niveau des responsables locaux mais, je me suis heurté à des rigidités administratives de ces derniers  qui considèrent que ce projet n’apporte rien à Mostaganem en termes d’investissements économiques voire que les Mostaganémois n’ont pas la culture pour ce type de projet selon certains responsables. Ils m’ont vivement conseillé de l’implanter à Oran (ville plus importante que Mostaganem).  Après avoir rencontré plusieurs entraves administratives qui ont fini par bloquer mon projet, j’ai perdu tout espoir de réaliser mon rêve, pour ma ville natale et j’ai failli tout laisser tomber. Mais, heureusement, une lueur d’espoir a illuminé mon chemin avec la venue de notre nouveau wali en l’occurrence, M. Temmar Abdelwahid , dont le travail sur le terrain témoigne de sa capacité d’apprécier un tel projet d’investissement sur la connaissance et l’homme et ce ,afin de lui accorder des facilitations  à même de permettre sa réalisation. Dans une Wilaya comme Mostaganem dont le tissu économique est composé de plus de 6000 entreprises qui sont à 90% des Micro-entreprises, cela représente un gisement de richesses à valoriser par une mise à niveau constante de l’élément humain afin de pouvoir profiter pleinement des bienfaits de la mondialisation et c’est dans cet esprit que s’inscrit le présent projet. A noter que le développement et la croissance de la zone portuaire est aussi un autre facteur qui milite en faveur de tels projets de complémentarité économique .Aussi, l’apport essentiel des Technologies de l’information et de la communication constituerait un atout dont la région de Mostaganem doit en bénéficier davantge. Ce projet, constitue un Pôle Pédagogique qui vient en complémentarité de ce qui existe déjà et ne s’affronte pas avec le système de l’éducation et de la formation actuels. En ce sens, la formation professionnelle doit s’intégrer au nouveau schéma de l’Education nationale apportant un plus avec des spécialités qui n’existent pas et des formations à la carte, utiles pour l’avenir. Selon notre interlocuteur, en l’occurrence M. Mohamed Taifour Belmekki, le projet en question consiste à la réalisation d’une infrastructure regroupant :
-Un Lycée International qui accueille tous les cycles de l’enseignement : primaire, moyen et secondaire, et qui sera doté d’un internat d’une capacité de 136 lits. Il viserait l’intégration de l’entrepreneuriat dynamique avec des procédures et options pédagogiques performantes. En outre, ce lycée vise un enseignement de qualité que l’on qualifie de « labellisé » puisqu’il sera aux normes internationales .Ainsi il donnerait lieu à la délivrance de « Certifications et Diplômes » reconnus internationalement Cet établissement aura la particularité de fonctionner avec un système basé sur des modules comme les : -Stages « découvertes » pour Lycéens de 16 ans ; -« Juniors entreprise », gérés par des élèves de 17-18 ans ; -Une pédagogie privilégiant l’alternance cyclique ; -Apprentissages par étude de cas, structurés et collégiales ; -Un développement du tutorat interne (suivi pendant l’acte professionnel) et externe (dans le cadre du tutorat avec l’université) ; -Apprentissages des Langues Commerciales ; -Enseignements à distance (e-Learning) ; -Planifications de programmes scolaires avec les acteurs économiques …etc.
En matière de réalisation de ce projet ambitieux, répondant aux spécifications du cahier officiel des charges portant sur les constructions à caractère pédagogique de l’enseignement et qui se caractérisent par : -Une assiette foncière de 10.000 m2
-Coût global (équipements et construction estimés à : 500 Millions de Dinars
D’après l’initiateur qui possède déjà, deux centres de Formations, fonctionnels à Paris, ce projet de réalisation à Mostaganem se veut ambitieux et aussi généreux pour rendre à cette ville un peu de ce qu’elle lui a donné.  
 

BENYAHIA EL HOUCINE et ZAHACHI YOUNES
Lundi 7 Mars 2016 - 17:58
Lu 3779 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+