REFLEXION

Un homme meurt par électrocution à El Karma



Les habitants de la wilaya d’Oran, et surtout ceux des immeubles menaçants ruines et des bidonvilles éparpillés un peu partout aux alentours de la capitale de l’Ouest, ont vécu une nuit cauchemardesque, avant-hier, à cause des fortes rafales de vent, qui ont atteint les 95 km/heure au centre-ville et 115 km/heure au large d’El Bahia, suivies parfois de chutes de pluie. En effet, ce changement climatique, qui survient après des semaines de beau temps, a fait quelques dégâts matériels, tout en annonçant un cas de décès. En ce qui concerne la personne décédée, des sources officielles relevant de l’Etablissement Hospitalo-universitaire (EHU)  1er novembre, de l’USTO, un jeune homme de 37 ans, répondant aux initiales de B.R., a perdu la vie par électrocution, au niveau des bidonvilles de la cité Amel, relevant de la commune d’El Karma. Les fortes rafales de vent ont été à l’origine de l’arrachement d’un câble électrique de haute tension, qui est tombé directement sur lui, au moment des averses de pluie étaient enregistrées. L’électricité et l’eau n’ont laissé aucune chance à la victime. Mort sur le coup, la dépouille du jeune homme sera acheminée directement vers la morgue de l’EHU. Par ailleurs,  et pour ce qui est des dégâts matériels causés par le vent, plusieurs poteaux électriques, des arbres et des panneaux publicitaires ont été arrachés dans plusieurs quartiers et routes de la wilaya d’Oran, à l’instar du 2ème et 3ème  boulevards périphériques, la route du quartier de Maraval, le centre-ville d’Oran et le quartier d’Es Seddikia (pour les panneaux publicitaires), alors que des arbres se sont vus envoler dans différentes régions tel que la localité d’Aïn El Beïda, El Hassi ou encore les forêts de M’sila, la montagne des lions et autres. D’un autre côté, 04 poteaux électriques ont été, à leur tour, arrachés par le vent dans différentes zones à l’intérieur du tissu urbain d’Oran, exactement au niveau de Maraval, Haï Yaghmoracen et Saint Hubert. D’autres part, les résidants des grandes cités, comme la cité Lescure, Perret, Jeanne d’Arc ou encore Monté Carlo, ont, eux aussi, passé une nuit effrayante, à cause des bruits que faisaient les vitres des fenêtres de leurs logements, qui se sont cassées dans certains cas. Les agents de la protection civile ont, pour leur part, passé une nuit blanche, à côté des combinés de leurs téléphones, afin d’intervenir à n’importe quel appel des citoyens, mais fort heureusement que les dernières 24h n’ont pas été tellement fatales sur les habitants de la capitale de l’Ouest. « L’alerte rouge n’a pas encore été levée » nous déclarera un officier de la protection civile d’Oran, qui nous ajoutera qu’à n’importe quel moment, il pourrait y avoir des effondrements  ou autres dégâts.                                                          

A.Yzidi
Lundi 16 Avril 2012 - 11:11
Lu 326 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+