REFLEXION

Un gouvernement, navigant à vue, une entropie suicidaire pour l’Algérie

L’on assiste actuellement à une véritable cacophonie, de déclarations de responsables algériens qui ne mesurent pas la portée négative de leurs discours préjudiciables à l’image de l’Algérie. L’entropie atteint un niveau inacceptable. L’objet de cette contribution est d’en faire l’inventaire.



Un Ministre des Finances  qui annonce  que l’affaire Djeezy évaluée par certains bureaux d’études à plus de 6,5 milliards de dollars  est réglé alors que le patron d’Orascom vient d’annoncer  l’arbitrage international. Un ministre de l’investissement  qui annonce la  conclusion imminente d’un accord  avec le groupe Renault, démenti par le patron de Renault lui-même. Un ministre  de l’énergie qui annonce que le cas du gazoduc Galsi est réglé, démenti par les élus de la Sardaigne  et des réserves de gaz schistes sont l’équivalent des Etats Unis d’Amérique, démenti par le rapport de l’AIE de décembre 2011 qui annonce moins de 6500 milliards de mètres cubes gazeux. Et un règlement à l’amiable  non transparent, après avoir affirmé que pendant des mois que Sonatrach était dans son droit,  du remboursement des plus valeurs à certaines compagnies internationales pour éviter l’arbitrage international. Un système socio éducatif naufragé , du primaire au supérieur en passant par  le secondaire et la formation professionnelle , où la quantité l’emporte sur la qualité ,avec des déperditions scolaires croissantes ,  ayant plus de chance d’être chômeurs en étant diplômés, en contradiction avec les discours triomphants .Un Ministre de la santé qui annonce la  fin de la pénurie de médicaments et des malades qui n’arrivent pas à se soigner et un Ministre de l’habitat, la résolution de tous habitats alors que  les  bidonvilles se développent  à travers toute l’Algérie avec une crise de l’habitat aigue. Un Ministre du travail qui annonce  la création d’un million d’emplois  en une année, et un  taux de  chômage inférieur à 10%, comptabilisant tous les emplois  en contradictions avec la réalité  sur le terrain. Un Ministre de l’agriculture qui nous annonce que la pénurie  de la pomme de terre sera terminée après les élections du 10 mai 2012, alors qu’il annonçait entre 2010/2011 une politique appropriée  de stockage, que l’agriculture  s’est redressée alors que l’Algérie importe  la majorité des besoins des ménages  et un Ministère de la pèche où la sardine dépasse les 400/500 dinars  le kilo. Un Ministre du Commerce qui annonçait  fin 2010 l’adhésion de l’Algérie à l’organisation mondiale du commerce, que  l’accord du report du démantèlement tarifaire de trois années en 2020 avec l’Europe était réglée pour fin 2011(pas de nouvelles réconfortant ces dires ni de l’Europe ni de l’OMC)   et que l’inflation est maitrisée, oubliant que  les  Algériens ne mangent pas les chiffres. Un Ministère de l’aménagement du territoire   et de l’environnement où les indicateurs internationaux montrent une détérioration accélérée de l’environnent en Algérie- Alger étant  une ville des plus polluée du monde, une urbanisation anarchique, un déséquilibre régional, un Ministère du Tourisme sans vision et un Ministère de la culture sans culture. Un Ministre  chargé de l‘étranger qui a sillonné le monde ( combien cela a couté ) qui veut faire revenir la diaspora  attentive au sort de leurs collègues au niveau local, alors qu’il faille retenir le peu qui reste, que l’exode de cerveaux (ajouté aux harragas)  s’amplifie, le poste services ayant atteint pour la première fois fin 2011 environ 12 milliards de dollars. Un Ministre  de la prospective, précédemment à la tête des réformes pendant plus de 8 années, n’ayant rien réformé,  et qui   semble remettre en cause  l’ensemble des indicateurs  du chômage, en fait du taux de croissance réel alors que pendant des années  il annonçait le contraire. Un gouvernement  qui annonce  la lutte contre  la corruption   et la sphère informelle alors que la corruption  s’est socialisée, touchant tous  les secteurs et que la sphère informelle, produit du système bureaucratique rentier, liée à la logique rentière, est dominante,  pénalisant les producteurs de richesses  et son fondement ,le savoir.

 Où est  le bilan de chaque département ministériel ?
Où est  le bilan de chaque département ministériel ? Où est le bilan de la dépense publique , 7 milliards de dollars entre 2001 /2002, de 200 milliards de dollars entre 2004/2009, des 286 milliards e dollars prévus entre 2010/2013, dont 130, restent à réaliser du programme 2004/2009, le rendement des réserves de change tenant compte des taux d’intérêts et de l’inflation mondiale ,   des 188 milliards de dollars dont 90% sont placées en bons de trésor américain et en obligations européennes ?  Et la liste serait longue, très longue avec des déclarations souvent  contradictoires et hélas à des intervalles réguliers, discours retransmis par  la télévision publique  et qui fait que la majorité de la population parabolée, désarçonnée par tant de contradictions traverse une crise de confiance envers ses dirigeants. Au lieu de ces discours il aurait fallu que ces responsables qui semblent ne pas maitriser leur dossier se taisent. Y a-t-il un pilote à bord ? Pourquoi le manque de stratégie en ce monde turbulent où tortue Nation qui n’avance pas recule où l’Algérie sans les  hydrocarbures comme le rappelait justement  le premier Ministre Ahmed Ouyahia, serait le pays le plus pauvre en Afrique avec un impact nul au niveau des relations internationales ?Triste spectacle  de Ministres  qui naviguent à vue, beaucoup plus préoccupés par leur destin personnel oubliant que l’Algérie indépendante depuis 50 ans, toujours avec 98% d’exportation d’hydrocarbures, qui approchera 50 millions d’habitants,  sera sans pétrole dans 16 ans et sans gaz conventionnel dans 25 ans tenant compte  de la concurrence internationale, de la structure des couts  et  la forte consommation intérieure. Si  l’on veut éviter l’implosion sociale à terme, la sécurité nationale étant  posée, la mutation systémique reposant sur plus de moralité supposant des discours de vérité, et  l’Etat de droit, réformes   touchant   tant le politique, l’économique, le social et le culturel,  au sein des nouvelles mutations mondiales, devient impérieuse  pour le redressement de l’Algérie.

Dr Abderrahmane Mebtoul
Dimanche 15 Avril 2012 - 11:23
Lu 348 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+