REFLEXION

Un développement à pas de tortue à Mostaganem

DES PROJETS EN SURSIS ET D’AUTRES CONDAMNES A NE PLUS VOIR LE JOUR

Le manque de sérieux et de suivi de l'administration dans l'organisation et la méthodologie seraient à l'origine du retard et de la malfaçon de certains projets causés par une gestion de « Hanout », ainsi que les décisions musclées de certains responsables, en vue de pomper les chiffres d’affaires de leurs amis-entrepreneurs ou fournisseurs, qui sont le fruit des études massacrées de certains projets phares qui incombent à la wilaya dans le retard et l’ajournement.



Un développement à pas de tortue à Mostaganem
En effet, et selon le dernier rapport de la commission de l’économie et des finances de l’assemblée populaire de la wilaya, plusieurs projets importants pour la ville de Mostaganem n’ont pas encore vu le jour et ce, malgré les recommandations des membres de cette commission ainsi que celles des élus de l’APW de Mostaganem. Ce rapport reflète six anomalies concernant des projets importants indispensables pour le développement de la ville et sa prospérité et qui sont toujours en veille, depuis l’année 2010. A qui incombe la faute ? Ce n’est pas à l’Etat, si on en croit les écritures de la commission des finances de l’APW, puisque l’Etat a injecté des sommes faramineuses pour le lancement des études et la réalisation de ces projets dans les délais repartis. Dans ce contexte, il est à relever que les projets tant souhaités par la population vu leur importance dans la modernisation de la ville et l’allégement  du flux de la circulation qui ne cesse d’étouffer le quotidien, semblent oublier si ce n’est rayés du  plan du développement de la wilaya.  Au vu de l’exploitation  de certains sites destinés à ces projets  et profitant bel et bien à certains milliardaires, on comprend peut-être les raisons de leurs ajournement. La commission de l’APW s’est interrogée sur les motifs du retard  quant aux divers projets concernant, la réalisation d’un parking à étages, le parc de voitures  au niveau du siège de la wilaya et la reconversion du site de l'ancien  marché de gros de légumes et fruits ,situé à Sayada, en  palais d’exposition. Ainsi,  concernant,  la réalisation du parking de voitures à 4 étages  situé au centre-ville et précisément à la placette  de la rue Abdelaoui Abed , demeure ranger dans les archives de l’administration malgré  qui lui a été alloué dans le cadre du budget primitif 2009 et 2010, une enveloppe financière de 43 milliards de centimes, attribuée  en deux tranches à l’autorité censée de chapoter les travaux  .L'incertitude plane entre autres sur le deuxième projet celui de la réalisation du parc de voitures  au  niveau du siège de la wilaya, un budget de 3 milliards de centimes aurait été approuvé pour son lancement mais hélas  tous les appels des élus de l’APW  pour concrétiser cet enclos  demeurent en vain.  Au-delà de tout doute raisonnable qu'elle a bel et bien allumé les soupçons des élus, le projet de la reconversion du site de l'ancien  marché de gros, en  palais d’exposition, inspire une bonne réflexion quant à son ajournement qui date depuis la gouvernance de l’ex-wali, Zoukh, qui avait ordonné le lancement de ses travaux peut après son départ. Cependant , l’exploitation du site choisi pour accueillir le projet par un industriel aurait mis en malaise les responsables de la wilaya , qui allaitent par leur silence les rumeurs qui font état d’un désistement du site au profit de cet investisseur ;Une information difficile  a confirmé puisque ce dernier avait bénéficié d’une parcelle de terrain qui fait enclave avec ce site, mais comme il fût un temps à Mostaganem où tout se vend et s’achète et chaque rumeur pousse l’autre vers une vérité introuvable, la bonne réponse est : Tout est possible à Mostaganem. Enfin, ce  projet qui se trouve toujours en sursis, l’Etat lui a consacré  une enveloppe financière de 3 milliards 500 millions de centimes. Quant au renouvellement  du plan de stock de  sécurité de la protection civile et qui a nécessité une enveloppe financière d’un milliard de centime, et qui demeure toujours en souffrance, par son abondance  met la population en danger  en cas de catastrophes naturelles.  

Riad
Dimanche 2 Septembre 2012 - 11:27
Lu 390 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par tayeb le 02/09/2012 17:46
C'est normal quand à Mostaganem il y a un chef de Daira marocain et qui a été vomis à Saida où il était connu pour son penchant sur les affaires ! comment voulez vous que mosta avance !
comment voilez vous avec un wali qui met la main sur tout et c'est toujours qui décide seul de tout et selon ses désirs et ses intérêts que Mosta avance ! JAMAIS !
Je dis tout haut ce que beaucoup de mostaganémois pensent bassement !

bonne journée aux animateurs du journal !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+