REFLEXION

Un député succombe près d’Ouyahia



Un député succombe près d’Ouyahia
Alors que le premier ministre et secrétaire général du RND haranguait, hier vendredi dans la matinée, une foule composée de militants et d’élus se son parti,  au sein de la maison de la culture de Tissemsilt, le député de la circonscription de Frenda, M. Boutouiga Benhalima s’affala et passa de vie à trépas au cours de son transfert vers l’hôpital. Le défunt, âgé de 61 ans, est connu pour un être un membre actif du parti de la coalition présidentielle et preuve en est son cumul de 3 mandats au sein de l’assemblée nationale.  La présence à Tissemsilt de M. Boutouiga était d’ordre protocolaire comme le veulent souvent et traditionnellement de tels déplacements de responsables. En effet, il devait accompagner M. Ouyahia de Tissemsilt vers Tiaret avant de le raccompagner jusqu’à Saïda où l’attendaient ses militants.  A savoir que la réunion que tenait à huis-clos M. Ouyahia à Tissemsilt, avait pour but la préparation des prochaines élections législatives qui devraient se tenir le 10 mai prochain.Si la cause physiologique est un terrassement dû à une crise cardiaque, les causes psychologiques n’en seront dévoilées que par un l’entourage immédiat du défunt. Surmenage, stress, angoisse, tension sont monnaies courantes dans l’activité politique. D’autant plus que l’ex-député de Frenda a bien bataillé pour briguer le poste d’adjoint à la  présidence de l’Assemblée nationale, mais sage qu’il était, il se résigna. Le conflit qui l’opposait à Miloud Chorfi, le porte-parole du RND fut « étouffé » par M. Ouyahia. On rapporte que même une plainte pour menaces contre le défunt fut retirée par M. Chorfi. De telles disparitions subites devant de hauts responsables sont des « pratiques » courantes  dignes d’ères révolues. En Algérie, d’autres cas similaires ont été rapportés par la presse dans un  passé récent où des victimes de syncopes, de crises de glycémie, d’infarctus du myocarde et  même de mort subite due à différentes  causes à la veille ou lors de visites de personnalités. Reste maintenant à savoir où sera mise en terre, au moment où nous écrivons ces lignes, la dépouille mortelle de feu Boutouiga et à qui reviendra le droit de remplacer le défunt à l’hémicycle de Ziari. 

A. Berrebiha
Samedi 11 Février 2012 - 11:19
Lu 871 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+