REFLEXION

Un cocktail dévastateur.

C’est la plus grande inquiétude à l’organisation mondiale de la santé. La mobilisation continue à travers le monde pour tenter de lutter contre la grippe porcine. Le virus de la grippe porcine pourrait former un cocktail dévastateur avec celui de la grippe aviaire



Un cocktail dévastateur.
Dans son dernier bilan publié cette semaine, l'OMS a dénombré 8.829 personnes contaminées par le virus dans 40 pays et 74 morts à cause de la maladie. Ce bilan ne tient pas compte de l'accroissement, annoncé ultérieurement, du nombre des cas aux Etats-Unis, alors que près de 95% des cas ont été enregistrés en Amérique du Nord, aux Etats-Unis, Mexique et Canada. Devant les 193 Etats membres réunis à Genève, la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, a annoncé le maintien de l'alerte de niveau 5. Selon les critères de l'OMS, la confirmation de l'existence d'un foyer autonome au Japon hors du continent américain, où est parti le virus, justifierait pourtant le déclenchement de l'alerte maximale de niveau 6, qui annoncerait l'apparition de la première grande pandémie grippale du XXIe siècle. Le niveau 6 d'alerte pandémique ne préjuge pas de la sévérité de la maladie, mais constate la propagation du virus sur la surface de la planète. Le virus, encore peu virulent et pour lequel il n'existe toujours pas de vaccin, pourrait cependant muter en une souche "beaucoup plus dangereuse", selon les experts de l'OMS. Une interaction pourrait donner naissance à un virus aussi hautement contagieux pour l’homme que le A H1N1 d’origine porcine et aussi virulent que le A H5N1. Dans ce contexte d’inquiétude et de mobilisation, qu’en est-il pour notre pays ? L’Algérie sera-t-elle à l’abri de cette pandémie, sachant que l’évolution de la situation reste imprévisible. Serions-nous capables de nous prendre en charge nous-mêmes ? Quels sont les moyens dont dispose le pays pour y faire face ? Telles sont les véritables questions qui méritent des réponses immédiates. Selon le communiqué du ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, un comité Ad hoc a été installé pour surveiller l’évolution de la situation internationale, des campagnes de sensibilisation sont menées à travers le territoire national, d’autres mesures seront préconisées à cet effet. La création de centres de contrôle et de prévention des maladies au niveau des régions voire des wilayas, à l’image de ceux déjà opérationnels dans les pays occidentaux, ne serait-elle pas une mesure plus efficace ? Face à cette situation urgente, les autorités devront prendre toutes les dispositions appropriées pour parer à toute éventualité, car l’Algérie de par sa proximité à l’Europe, risque d’être touchée à grande échelle, notamment à l’approche de la saison estivale.

AMARA Mohamed
Jeudi 21 Mai 2009 - 08:00
Lu 495 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+