REFLEXION

Un cimetière, une histoire !



Pour l’histoire, dans les années 1990, une poignée de Mostaganémois déçus par la gestion physique de nos cimetières avaient décidé en accord avec Monsieur Benslimane à l’époque maire de la ville, de prospecter un nouveau site susceptible d’abriter un cimetière afin de faire inhumer nos morts dans la dignité avec une organisation rationnelle de l’espace de manière à faire empêcher les herbes folles de pousser sauvagement et envahir les tombes. L’objectif était de faire place nette entre les tombes et ce à l’image du cimetière de Dar El beida d’Oran. Nous avions suggéré de faire réaliser des carrés d’inhumations pour les enterrements bien distincts avec des carrés pour des enfants en bas âges.
L’APC et nous, avions jeté notre dévolu sur le site d’El Arsa pour réaliser ce projet qui devrait faire honneur aux Mostaganémois et au respect de nos morts. A cet effet, pour le suivi du projet et avec l’approbation du wali, nous avons créé une association agréée des cimetières et avions confié la présidence à Hadj Boudebza Mohamed un notable de la ville. Nous avions chargé hadj Abbès Miloud lui aussi notable de la ville un honnête homme, un moudjahed Allah Yarhamou de suivre les travaux d’aménagement à l’intérieur y compris le lieu de prière et la clôture. Hadj Abbès mobilisé à cet effet fut un très bon conducteur des travaux jusqu’à l’achèvement, le budget dégagé par l'APC a été consommé avec régularité. Il était même question en accord avec le wali de faire l’extension par le bas le terrain qui jouxte le cimetière, malheureusement la priorité fût donnée à la réalisation de l’habitat.
Hélas trois fois hélas, dès que le cimetière fût opérationnel sa gestion fût catastrophique, un personnel livré à lui-même et non instruit sur la discipline et la technique d’inhumation, un manque de matériel adéquat, inobservation des consignes de gestion telles qu’elles furent arrêtées entre l’association et l’APC. En somme, un laisser-aller flagrant, une incurie inadmissible manifestée par une APC ayant l’esprit ailleurs.
Moralité, les Mostaganémois ont boudé le lieu parce qu’il ne répondait pas aux normes que nous avons projetés. L’espoir s’est amenuisé et alangui et voilà l’histoire d’un cimetière géré dans l’incompétence des élus censé moderniser Mostaganem dans tous ses segments.

 

Mohamed Krelifa
Lundi 1 Février 2016 - 17:04
Lu 283 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+