REFLEXION

Un adolescent meurt des suites d’un arrêt cardiaque à la plage Saint Germain



Mercredi dernier, sous les forts rayons du soleil, devant la belle mer qui était calme et sous les yeux de plusieurs centaines d’estivants, un jeune homme de 19 ans, répondant aux initiales de B.Ou., a perdu la vie suite à un arrêt cardiaque, dans la plage de Saint Germain, apprend-on de sources officielles relevant de la protection civile. En effet, et d’après des témoins de la scène, il s’agit d’un jeune homme qui était en train de se bronzer, avant de décider d’aller se baigner. Et c’est le drame. Sitôt alertés, les éléments de la protection civile se sont dépêchés sur les lieux du drame, et n’ont pu que constater le décès du jeune adolescent. Sa dépouille a été directement acheminée vers la morgue de l’hôpital d’Aïn El Turck, et une enquête a été ouverte par les services de l’ordre. Mais comment cela s’est produit ? Et quelle est la raison de son arrêt cardiaque ? Pour la réponse aux deux questions, c’est un officier supérieur de la protection civile qui nous a expliqué. Le jeune défunt a commis deux erreurs, qui lui ont, directement, couté  la vie. La première est celle d’être resté trop longtemps sous le soleil, ce qui lui a causé des vertiges, sachant que la température de son corps a largement dépassé la moyenne, un fait que ne pourra pas supporter l’être humain. « C’est comme quand une personne a de la fièvre. On est faible, on a des vertiges et on ne peut pas la supporter » nous expliquera par un exemple notre commandant. Quant à  la seconde erreur fatale, le jeune homme,  après avoir eu chaud et pris un bon coup de soleil, il s’est directement dirigé vers la mer, dont la température est largement inférieure à celle de son corps, et a fait un plongeon direct. « Dans ce cas là, le sang, les organes vitaux et tout ce qu’il y a dans notre corps va subir un changement soudain de température. Et c’est, à 80% des cas, la mort certaine » nous dira, avec un air triste, notre commandant de la protection civile. Et par cette même occasion,  notre interlocuteur a voulu saisir l’occasion, par le biais de notre rédaction, pour faire passer un appel aux estivants, afin qu’ils évitent de commettre les mêmes erreurs de ce malheureux jeune homme.                       

A.Yzidi
Samedi 30 Juin 2012 - 11:20
Lu 294 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+