REFLEXION

UNE VILLE, UNE HISTOIRE : Nédroma, la ville de l’art et de l’histoire

La ville de Nédroma, tirant son nom de la langue berbère, signifiant « ville située dans un élargissement de vallée, au pied d'un versant », est située au pied du mont Fillaoucène, a été bâtie en 1160 par le Sultan Adbdelmoumen Ben Ali de la dynastie des Almohades, sur les ruines d’immense cité berbère. Ce conquérant avait soumis tout le pays alors connu sous le nom de Berbérie et qui s’étend du royaume de Borka à Tlemcen.



L’année d’après ayant réuni une armée formidable il se jeta sur le Maghreb (Maroc), dont il voulait agrandir son empire déjà si vaste. Dans son trajet, d’Oran à Tlemcen, les hordes Arabes qui le suivaient, lui ayant demandé permission de retourner dans leurs foyers, Abdelmoumen les laissa partir, ne gardant de chaque tribu que mille hommes qu’il se proposait de laisser, afin d’affermir ses conquêtes, dans les diverses villes qu’il allait occuper. Ce que voyant, les soldats almohades se révoltèrent, n’ayant jamais pu obtenir la même faveur. Une réunion secrète fut tenue par les principaux chefs de l’armée, et la mort du tyran fut résolue pour le soir même. Un marabout qui se trouvait au milieu de l’armée, Ahmed El Bedjaï, ayant eu vent du complot vint le dévoiler à l’émir, le suppliant de le laisser s’immoler pour lui. Celui-ci lui permit de coucher dans la tente « royale », et le lendemain le cadavre du marabout gisait sanglant sur le lit du prince. On chargea le martyr sur une chamelle, à laquelle on laissa prendre, comme il l’avait recommandé dit-on, lui-même, la direction qu’elle voudrait, et à l’endroit même où elle s’agenouilla, on enterra son cadavre ; sur son tombeau fut élevée une mosquée qui subsiste toujours, auprès de la mosquée fut élevée une ville, et dans cette ville furent abandonnés les plus turbulents de l’armée almohade. Ce fut Nédroma. Elle a accueilli de nombreux immigrants andalous chassés par la « Reconquista ». Elle devint un important centre de textile au XVIe siècle. On trouve ce nom mentionné par Al-Baidak où il faut entendre les mots Ahl Al-Karya Nadruma par les « gens du bourg, (c’est-à-dire) les Nadruma ». Ce passage, écrit au XIIe siècle, tendrait à montrer comment le nom de la fraction de la tribu de Nadruma est passé à la petite ville qui était alors leur principale agglomération urbaine. Déjà avant cette époque, Nedroma est le nom de la ville, puisque Al-Bekri (au XIIesiècle) l’appelle ainsi et nous en donne une brève description, il la qualifie de médina, « ville » et non de simple karya « bourg », « village ». Au temps d’Al-Idrissi (au XIIe siècle), Nédroma est une ville florissante, entourée de murailles et son marché est important. Il n’est pas douteux qu’alors, bien que les deux géographes que l’on vient de citer n’en fassent pas mention, Nedroma avait une mosquée. Une inscription sur bois (aujourd’hui au musée des antiquités à Alger a été découverte, dans la grande mosquée actuelle de Nedroma, par René Basset en 1900 ; elle indique que ce fut un souverain almoravide ou un prince, fils ou petit-fils de Youssef Ibn Tachfin, qui, au début du XIIe siècle a fait la chaire à prêcher, le minbar de cette mosquée de Nedroma et peut être l’édifice lui-même. On ne saurait dire, faute de document probant, si cette mosquée almoravide la plus importante de Nédroma, aujourd’hui au centre de la ville, fut reconstruite alors sur l’emplacement d’une autre plus ancienne, avec ou sans minbar, ou bien s’il s’agissait là de fondations nouvelles d’un prince almoravide. Bien que le nom de Nedroma, comme nom de la ville, n’apparaisse qu’au XIIe siècle dans les textes, on peut imaginer que son emplacement a servi d’habitat à des agglomérations depuis les temps préhistoriques, car la nature l’a doté des avantages qui, dans ce pays, ont toujours entraîné le groupement des hommes : douceur du climat, fertilité du sol, abondance des eaux courantes, situation dominante et facile à défendre. Cependant, la période préhistorique – qui a donné des spécimens de l’industrie humaine, pour la région de Maghnia, au sud et de Remchi à l’est de massif trari, – n’offre, pour la région de Nedroma même, aucun témoignage de la vie humaine à cette époque lointaine. Il est vrai que ni les grottes voisines ni la banlieue de Nedroma n’ont encore été explorées par des spécialistes du préhistorique. En ce temps-là et durant tout le Moyen-Âge, Nedroma disposait pour ses relations maritimes avec l’extérieur, de plusieurs petits ports. Le plus important, Honaïne, était aussi celui de Tlemcen. Il en reste encore d’importants vestiges aujourd’hui. Toutefois, le port de Honaïne était d’un accès difficile de Nedroma, par le flan très abrupt du mont Tdjra. Cette ville devait plutôt utiliser le port de Masin. Honaïne distante de 30 km au sud-est, escale phénicienne et cité numide, joua le rôle de port de Tlemcen au XIIIe siècle. Elle fut la voie méditerranéenne pour le commerce avec le tafilalet et l’ancien soudan. Il subsiste encore des restes de la ville kharidjite, des remparts en pisé flanqués de tours et les restes d’une casbah.

Réflexion
Mardi 19 Septembre 2017 - 19:00
Lu 393 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 22-10-2017.pdf
3.51 Mo - 21/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+