REFLEXION

UNE SITUATION HORRIPILANTE POUR LA DIRECTION DU COMMERCE : Ces commerces qui ferment pour échapper au contrôle



Des grossistes et même des détaillants en produits alimentaires, ont pris l’habitude de fermer leurs commerces pour déjouer les opérations de contrôles menées par les services concernés. Bravant les dernières instructions du ministère du Commerce relatives au plafonnement des prix de certains produits de large consommation.  Aussi bizarre que cela puisse paraître, certains sont informés la veille du contrôle, croit-on savoir, parfois même avant des contrôleurs eux-mêmes qui ne sont avisés de leur destination que le matin quand ils rejoignent leur poste. Grâce à une ou plusieurs taupes, l’information de la visite des contrôleurs arrive à vitesse telle dans le milieu des grossistes que certains d’entre eux ne sortent même pas de chez eux ce jour-là. Si bien que les malheureux contrôleurs se trouvent souvent seuls dans des rues désertiques. Les transporteurs eux-mêmes ne viennent pas, quand ils sont mis au courant, ou vont ailleurs en trouvant les portails clos. Un comportement répréhensible observé par des commerçants en gros pour se soustraire à tout contrôle, ce qui leur permet de pratiquer les prix et fixer les marges bénéficiaires au gré de leur humeur.  Fermer le magasin avant l’arrivée des contrôleurs est devenu une pratique courante. Les commerçants se donnent le mot à chaque tentative de vérification des prix, puisque c’est de tentative qu’il s’agit. Il est effectivement rare que les commerces sont ouverts devant le passage des brigades de contrôle. « Cela ne peut pas durer, il faut trouver des solutions à ce phénomène qui tend à se généraliser puisque aussi bien les grossistes que les détaillants ont recours aujourd'hui à cette pratique», affirme un contrôleur des prix rencontré devant le rideau baissé d'un grossiste dans le quartier de Sidi Hasni, qui réunit un grand nombre de grossistes en produits alimentaires. Le malheureux contrôleur, déçu,  n’a pas manqué de déplorer l’impossibilité de faire appliquer la réglementation en ce qui concerne le respect des prix fixés par les pouvoirs publics. «Ce comportement ne peut que renseigner sur l'activité de ces commerçants qui sont des spéculateurs qui ne disposent pas de factures en bonne et due forme et qui s'alimentent à partir des circuits du commerce informel», fera remarquer la même source. Pour permettre aux contrôleurs de la DCP de remplir au mieux leur mission, des injonctions seront adressées aux commerçants réfractaires, a signalé une source proche de cette institution précisant que dans les prochains jours, des brigades mixtes composées d'agents du fisc, de la DCP et de représentants de la force publique seront déployées sur le terrain. «Force doit rester à la loi et si ces commerçants défient les lois du pays, ils paieront le prix de leur rébellion», précise-t-on de même source. On promet que d’autres opérations de contrôles inopinés seront menées au niveau de tous les commerces de la wilaya d’Oran, et le commerçant dont le magasin sera fermé devrait justifier les raisons de la fermeture.            

A.Salim
Mardi 25 Janvier 2011 - 11:09
Lu 286 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 21-01-2017.pdf
2.5 Mo - 21/01/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+