REFLEXION

UNE PARCELLE DE TERRAIN A L’INTERIEUR D’UNE ECOLE SQUATTEE : Que se passe-t-il à l’APC d’Ouled Bessam ?

Dans un revirement inattendu de la situation au sein de l’APC de Ouled-Bessam, une situation qui a visiblement pris un virage dangereux du moment que l’affaire du jour est désormais entre les mains de la justice ce qui fait dire sans doute, que ce mandat municipal n’est vraiment pas le mandat de la tolérance et de la fraternité pour les membres de l’assemblée populaire communale de cette municipalité.



La tension entre élus est montée d’un cran après que six membres de la dite assemblée aient déposé une plainte auprès du bureau du procureur général près la Cour de Tiaret dénonçant une affaire de squat d’une parcelle de terrain se trouvant à l’intérieur d’un établissement scolaire impliquant le mis en cause et son frère qui est l’actuel maire de cette municipalité. En effet, connaissant sans doute que cette action est ouverte à plusieurs hypothèses et dont les répercussions demeurent imprévisibles et sans garantie, les six membres se sont quand même engagés allant jusqu’à déposer plainte.  Cette dernière qui selon nos sources  a été instruite par M. le procureur de la République près le tribunal de Tissemsilt et l’affaire suit encore son chemin. Selon les informations recueillies, les six membres signataires de cette assemblée avaient dénoncé par lettres adressées à toutes les autorités concernées le fait qu’un proche du maire a délibérément squatté une parcelle de terrain durant le mandat passé occupé à l’époque par l’actuel maire  et qui n’est pas intervenu pour préserver le foncier communal du moment qu’il « maire » est le premier garant des biens de l’Etat notamment ceux appartenant à la commune et voulant savoir son opinion sur cette affaire et lui donner le droit de s’exprimer.  Malheureusement ; le premier responsable de la commune était injoignable. Enfin, il est à signaler que cette affaire démontre le marasme qui caractérise déjà la relation entre élus eux-mêmes, ces élus en expliquant les causes de cette divergence entre eux et le P/APC affirment que c’est un signe fort de la politique de l’exclusion qu’ils jugent suffisante pour faire aboutir à un seul objectif ; faire tomber l’actuel maire  d’obédience RND ou l’obliger à revoir sa stratégie.

A. Ould El Hadri
Dimanche 10 Novembre 2013 - 16:46
Lu 112 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+