REFLEXION

UNE JOURNEE D'EXPOSITION SUR LA GUERRE D’ALGERIE ORGANISEE PAR ABDELKADER BOURAHLA :La fin de l'Algérie française revisitée

Dans le cadre de la commémoration du 58ème anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale, la grande salle de la maison de la culture Ould Abderrahmane Kaki, abrite depuis jeudi 31octobre une exposition de photos retraçant les grandes étapes de la guerre de libération de l'Algérie.



UNE JOURNEE D'EXPOSITION SUR LA GUERRE D’ALGERIE ORGANISEE  PAR ABDELKADER BOURAHLA :La fin de l'Algérie française revisitée
Une circonstance tenue à l’initiative de l'Association du « Renouveau de Mostaganem », représentée par son membre de cheville ouvrière, Abdelkader Bourahla .A la lumière des photos exposées qui reflètent plutôt la guerre de l’Algérie à travers l’image française, «Il s’agit d’une sélection de photos de la France qui parle de la guerre de l’Algérie» nous a dit monsieur  Bourahla. Ce dernier s'est également, longuement attardé sur l’explication des étapes de la Révolution. Ainsi, a-t-il relaté aux initiés, relativement nombreux lors de notre passage, les conditions particulièrement difficiles dans lesquelles vivaient les algériens sous la domination du colonialisme français qui a duré 132 ans. Selon son avis, les algériens qui étaient dévissés en deux voies (démocratique et armée) contraints non seulement à porter les armes, mais ils avaient à contrecarrer les actions subversives et psychologiques de la force coloniale, donc le peuple Algérien n'a pas mené une seule guerre de libération, mais plutôt trois guerres simultanées. «   Je le dit en criant, il est inadmissible qu’après 50 ans  d’indépendance nous ne parlons que de la guerre armée, nous avons eu trois guerre simultanées. Une guerre armée, une guerre de résistance de SAS (la section administrative spécialisée) qui  avait pour objectif de conquérir les cœurs et les esprits  et la guerre de résistance aux armes psychologiques (lavages des cerveaux). » Revenant sur l’époque balayée par les photos et les panneaux qui reflètent les tortures qu’a  subi le peuple algérien, puis sur les photos qui montrent  les indigènes algériens cohabitant dans un climat apparemment heureux avec les colons.Une image évidemment faussée de la réalité. Dernièrement, monsieur Bourahla  nous a précisé que l’indépendance n’est qu’une preuve de la force de la révolution.

Faiza.S
Lundi 5 Novembre 2012 - 01:00
Lu 628 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+