REFLEXION

UNE INTERMINABLE FILE DE VOITURES DEVANT UNE STATION SERVICE A TEBESSA : La contrebande assèche les pompes à essence

Des immenses files d’attente devant une station-service, dans l’Est algérien. Ce qui explique que cette région est à cour d’essence - un comble dans un grand pays exportateur de pétrole - car tout le carburant est exporté illégalement vers la Libye.



UNE INTERMINABLE FILE DE VOITURES DEVANT UNE STATION SERVICE A TEBESSA : La contrebande assèche les pompes à essence
La pénurie a débuté il y a quelques mois, mais elle a empiré ces dernières semaines. Depuis que la Libye est déchirée par la guerre civile, un réseau de contrebande d’essence s’est constitué, permettant d'acheminer le carburant au pays du colonel Kadhafi via la Tunisie.Cette pénurie affecterait également les Tunisiens habitant à la frontière libyenne. Ce manque d’essence est particulièrement inhabituel en Algérie, 13e producteur et 9e exportateur mondial d'or noir, où le prix de l’essence est parmi les moins élevés du monde.
Aucun contrôle n’est exercé au niveau des frontières
La contrebande d’essence n’est pas un fait nouveau en Algérie. Il y a toujours eu un trafic de bidons d’essence, même à l’ouest et au sud du pays. Mais depuis plusieurs mois, la situation est critique dans ma région. Au début, les contrebandiers remplissaient des bidons d’essence qu’ils revendaient par la suite. Maintenant, ils ont recours à des moyens plus sophistiqués. Ils ont par exemple des voitures munies d’un double réservoir, qu’ils remplissent sans attirer l’attention. Ces contrebandiers sont pour la plupart de jeunes chômeurs qui veulent se faire un peu d’argent. Ils revendent l’essence dans des dépôts, qui se chargent ensuite de la revendre à la frontière tunisienne. Le prix du litre est multiplié par trois dans l’opération : acheté à 23 dinars [20 centimes d’euro] à la pompe, il est revendu à 76 dinars à la frontière. Il y a ensuite des Tunisiens qui transportent cette essence à la frontière libyenne. Il s’agit d’un réseau qui opère sur trois pays.
"Heureusement qu'il nous reste le bus"
Ce trafic n’est pas sans conséquences sur la vie quotidienne dans les villes de l’est de l’Algérie. Le trafic y est de moins en moins dense et les conducteurs passent des heures à faire la queue devant les stations. Et les courses des taxis sont trois fois plus élevées qu’auparavant. Heureusement qu’il nous reste les bus, qui ne souffrent pas de la pénurie car ils roulent au diesel .Pour tenter de limiter la contrebande, les autorités ont décrété qu’il est désormais interdit d’acheter pour plus de 600 dinars [6 euros] d’essence à la pompe. Mais les contrôles ne sont pas assez stricts car aucun contrôle n’est exercé au niveau des frontières et l’État est absent. Et les propriétaires de stations-service bénéficient de cette situation. Peu leur importe si leur essence fait rouler des voitures libyennes."

Ismain
Lundi 15 Août 2011 - 10:54
Lu 696 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+