REFLEXION

UNE ENQUETE A ETE OUVERTE PAR LES DOUANES ALGERIENNES : Des centaines de milliards transférés vers l’étranger par une entreprise tunisienne

Le directeur général des Douanes, Abdou Bouderbala, aurait demandé l’ouverture d’une enquête sur des violations commises par une société tunisienne spécialisée dans l’importation de matériaux de construction et des mécanismes de fonctionnement, dans un certain nombre de wilayas de l’Est du pays, y compris Annaba, Skikda, Constantine, après une opération d’inspection effectuée par des agents de l’inspection principale pour les opérations commerciales selon des sources proches du dossier.



Il a été constaté que la société tunisienne est impliquée dans un trafic de devises vers l’extérieur par la falsification de factures d’importation, et elle est accusée, également, de fausses déclarations douanières selon la même source. Les faits de cette affaire remontent à plus d’une année, quand la direction générale des Douanes a reçu un ordre du ministre des finances, Karim Djoudi, après les plaintes reçues par ses services contre cette société à travers les procès verbaux d’inspections enregistrés en date du 22 février 2013, qui démontrent que cette entreprise dont le capital est détenu en association par un tunisien et un algérien a fait fuir des dizaines de milliards suite à de fausses déclarations sur les quantités de marchandises importées selon la même source. La banque centrale, en coordination avec les services des Douanes auraient, en date du 28 janvier dernier, instruit une mission composée d’experts et d’enquêteurs d’aller vers les banques qui traitent avec cette entreprise pour vérifier éventuellement les fonds qui ont été versés par l’entreprise au cours des derniers mois, en raison des doutes sur la nature de certains de ces transferts selon la même source. Cette opération s’inscrit dans le cadre des enquêtes menées par la banque d’Algérie au niveau d’un certain nombre d’entreprises étrangères afin de vérifier les engagements pris par ces institutions, en cohérence avec les nouvelles mesures prévues dans la loi de l’Exchange qui interdit tout transfert vers l’étranger avant de s’acquitter de toutes les charges fiscales ajoute la même source. Les enquêtes  auraient touché plusieurs dossiers, y compris les nivaux des actifs financiers déposés auprès des banques, ainsi que les opérations financières réalisées par l’entreprise, et tout ce qui concerne les importations de matières premières et d’équipements, et de vérifier la valeur réelle des contrats, et de s’assurer sur de la fiabilité des déclarations présentées aux autorités, en plus des opérations financières enregistrées au niveau des banques, en particulier, l’américaine « Citibank », et  la française « BNP Paribas». Les enquêtes auraient également touché tous les dossiers relatifs aux différents transferts financiers réalisés dans le cadre des opérations de transfert des bénéfices ou d’importation de services, qui se sont transformées en un moyen par lequel, recourent les entreprises étrangères pour justifier les transferts de fonds, après que l’étau s’est resserré sur les transferts des bénéfices selon la même source qui a indiqué que la dite entreprise a profité de la pénurie de fer sur le marché national au cours des dernières années, ce qui lui avait ouvert  le chemin pour effectuer le transfert de milliards de dinars vers l’étranger, loin des regards des autorités concernées. L’entreprise en question, aurait réalisé pas moins de 172 opérations en cinq ans, jusqu’à l’année dernière précise la même source.

Touffik
Mercredi 12 Février 2014 - 18:41
Lu 468 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+