REFLEXION

UNE AFFAIRE CRIMINELLE RESTEE 10 ANS EN INSTANCE DE JUGEMENT : Elle fut tranchée entourée d’un mystère sur le vrai meurtrier

Après 10 années d’attente, les deux inculpés dénommés (N) et (A) ont été enfin jugés pour coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort de la victime qui n’est autre que l’épouse de l’un des accusés enceinte au moment des faits et qui est la tante maternelle du second inculpé.



UNE AFFAIRE CRIMINELLE RESTEE 10 ANS EN INSTANCE DE JUGEMENT : Elle fut tranchée entourée d’un mystère sur le vrai meurtrier
Le comble dans cette affaire entourée de mystère qui est restée plus de dix années en instance de jugement suite à une discorde entre la chambre d’accusation, près le tribunal de Annaba, et le parquet au sujet de la qualification de l’affaire en délit ou en criminel. La qualification de l’affaire a été enfin tranchée par la cour suprême qui a été jugée avant-hier par la cour criminelle, prés le tribunal d’Annaba. Le plus mystérieux dans cette affaire sont les faits qui l’ont entourée paraissant de prime abord anodins, mais en réalité ont engendré un drame ayant coûté la vie d’une femme, âgée de 44 ans, ce qui a laissé plus d’un vraiment pantois. La genèse de cette affaire qui a endeuillé une famille entière, résident dans la localité de « Besbes » dans la wilaya d’El Tarf, remonte à plus de dix ans plus exactement en l’an 2000, à la saison d’été, A cette époque une vive dispute a été embrasée entre les deux inculpés suite à des propos mal placés entre les deux antagonistes. La querelle entre les deux hommes fut nourrie par une dispute qui a éclaté entre leurs enfants à proximité de leurs habitations. Au box des accusés avant-hier, l’époux de la victime a déclaré qu’au moment des faits, il a été enroué de coups de la part du second inculpé ce qui lui a entrainé un évanouissement. L’inculpé selon déclarations, n’a pu sortir de sa léthargie qu’après avoir su que sa femme a aussi été sauvagement agressée, ce qui lui a entrainé un enfoncement de sa cage thoracique suivi d’une hémorragie interne, ce qui a entrainé la mort de la victime. Quant au deuxième inculpé, appelé à la barre, il a tout simplement nié les faits qui lui ont été reprochés en expliquant que c’est vraiment insensé de croire que je puisse faire le moindre mal à ma tante. Après avoir entendu tous les partis, le procureur général a requis 10 ans de prison ferme à l’encontre des deux inculpés. Quant à la cour, après délibération à huis clos, a prononcé un non-lieu en faveur du mari, et 3 ans de prison avec sursis à l’encontre du deuxième mis en cause. C’est ainsi que cette affaire vient après de longues années qui frôlent la décennie connaitre son épilogue entourée d’un grand mystère sur le vrai assassin.

Raffik
Mercredi 24 Mars 2010 - 23:01
Lu 1196 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+