REFLEXION

UN TROU DE 9 MILLIARDS DE DA A L’AGENCE CPA D’EL-HARRACH : L’ex directeur condamné à 12 de réclusion criminelle



Reconnu coupable pour détournement de deniers publics à des fins personnelles, la chambre pénale de la Cour d’appel d’Alger a infligé, avant-hier, à l’encontre de l’ex directeur de l’agence bancaire, CPA d’El-Harrach, une peine de 12 ans de réclusion criminelle. Quant au procureur général, vu la gravité des faits, il avait requis la semaine dernière une peine allant de 10 à 15 ans de prison ferme contre le mis en cause. Pour rappel, le suspect qui était le premier responsable au niveau de  cette agence bancaire, a été condamné à 10 de réclusion criminelle lors de son premier procès après avoir été reconnu coupable de plusieurs délits à savoir ; détournement de deniers publics et faux et usage de faux. Le mis en cause a été inculpé de détournements de plus de neuf (9 ) milliards de dinars qu’il avait utilisés dans des achats immobiliers : une villa à Bouzaréah, et une autre à El Biar. Le prévenu a été arrêté suite à un mandat d’arrêt lancé à son encontre du fait qu’il s’est abstenu à répondre aux convocations de la justice. Le mis en cause a complètement nié les faits qui lui sont reprochés durant l’instruction judiciaire, reprochant aux  enquêteurs de lui avoir préparé un coup monté de toutes pièces, précisant qu’il avait refusé de céder au chantage proféré par leurs proches parents en tant que premier responsable, pour leur octroyer des avantages immérités. Quant au trou de 9 milliards de Da qui a causé un préjudice matériel sans précédent à la dite agence bancaire, le mis en cause a nié toute implication dans cette affaire, précisant que le manque d’argent existait bien avant lui, mais il avait omis d’informer la direction générale. Quant à l’acquisition des deux villas, l’inculpé a répondu à la question posée par la présidente de la Cour, qu’il les avait achetés suite à un héritage qu’il avait acquis après la mort de son père. Pour rappel, cette affaire qui avait défié la chronique, a été mise à nu suite à une lettre parvenue aux services de la brigade économique et financière de la sûreté d’Alger, qui a mené  une enquête approfondie, qui a   relevé plusieurs dépassements quant à la gestion financière de cette agence.         

Touffik
Lundi 24 Février 2014 - 18:00
Lu 257 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+