REFLEXION

UN « TALEB » ECOPE DE 5 ANS DE RECLUSION CRIMINELLE : Les djins et les démons n’étaient pas au rendez vous !



UN « TALEB » ECOPE DE 5 ANS DE RECLUSION CRIMINELLE : Les djins et les démons n’étaient pas au rendez vous !
La fameuse affaire d’attentat aux mœurs et du crime de viol commis par D. Abdelkader «Taleb de profession » sur une jeune femme âgée de 28 ans, en quoi une plainte à été déposée par la victime, en date du 21 mars 2010. En cette circonstance a été jugé l’accusé dans la martinée d’hier, mercredi 13 octobre, par le tribunal criminel siégeant près cour de Mostaganem, en sa troisième session de l’année courante. Au terme des procédures y afférentes pour la tenue de ce procès et de la lecture de l’arrêt de renvoi par le chef greffier Souag Houari, l’accusé a été appelé à la barre, D. Aek. 53 ans, la tête bien sur les épaules, déclara : « certes j’ai eu des relations à maintes reprises avec la victime, mais en aucun cas, j’ai porté atteinte à sa virginité auparavant ». « Vous avez déclaré que vous aviez agi sous le pouvoir des Djins en arrivant à endormir votre victime, avant de commettre l’acte » demanda le président ? « Oui », « d’où vous êtes-vous procure ce pouvoir ? », « du Maroc, Monsieur le président ». “Vous êtes déjà condamné pour charlatanisme à Tighennif” réplique le président. Tout au long des débats, D. Aek a éprouvé des difficultés à répondre aux nombreuses questions de Bettayeb Abdelaziz, connaissant parfaitement ce dossier. Le représentant du ministère public Ouarab Brahim, lors de son réquisitoire, a mis en exergue la gravité de cette affaire, tout en soulignant que l’accusé affirme lui-même, qu’il se déplace à travers le territoire national, pour agir de la sorte en leurrant de paisibles innocents, requiert la peine de 10 années de réclusion criminelle. L’avocate de la défense Moulay Djamila, a mis en évidence la responsabilité de la victime, qui en l’année 2010, continue de croire aux démons et au charlatanisme, et dire, qu’elle est cultivée, instruite, d’autant plus qu’elle a reçu l’accusé au domicile parental, où aucun membre ne s’y est opposé. Par ailleurs, « pourquoi avoir attendu une période de trois mois, pour déposer plainte » dira cette avocate, avant de solliciter l’acquittement. Au terme des délibérations, le tribunal condamne l’accusé à la peine de 5 années de réclusion criminelle.

S.A.A
Jeudi 14 Octobre 2010 - 00:01
Lu 1205 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+