REFLEXION

UN PROJET DE 219 MILLIONS DE CTS EXECUTE EN 48 H : La poule aux œufs d'or de l’APC de Mostaganem !

Fort coûteux, ces projets d’aménagement lancés par l’APC de Mostaganem, tels que l’aménagement de la salle de délibération, le jardin El-Wiam, le jardin de l’Émir Aek, les trottoirs, l’éclairage public et les fameux projets d’aménagement des carrefours à travers les quatre coins de la ville, ce genre d'infrastructure s’avère aussi fort juteux sur le long terme. Pour avoir une idée sur les sommes débloquées pour satisfaire le goût des élus de l’Hôtel de Ville, il suffit de contempler le niveau de vie actuel de certains élus qui roulent en voitures de luxe et s’habillent en costume présidentiel avant de regarder les comptes de l’APC. Une véritable mine d'or.



Chronologie du scandale  
Fraichement élu à la tête de la plus grande et riche commune de la wilaya de Mostaganem, avec une manne de près de 200 milliards de cts, M. Belmiloud Abdenour, le patron de l’Hôtel de Ville de Mostaganem, décide de rénover l’architecture du siège de la Mairie, - une infrastructure légendaire, que tous les maires qui l’ont précédé n’ont pas eu le culot de toucher, vu son prestige et l'attachement très fort des Mostaganémois à leur ville. Ainsi après avoir transformé la salle de délibération en grand « bureau ministériel »,-cette ancienne salle, qui reflète la nostalgie de la mairie avec toute sa joie et sa tristesse , et  qui a réuni toutes les anciennes assemblées communales du temps des français jusqu'à l’actuelle assemblée communale  algérienne-, devient par la suite le salon d’honneur de monsieur le maire avec toutes les commodités nécessaires : des toilettes en faïence, des rideaux de luxe qui illuminent le marron de son fauteuil et des lustres de ‘’Haroun El-Rachid’’ pour voir en clair ses invités . Facture  supportée bien sûr par le malheureux contribuable.    Or, soucieux où faire ses prochaines assemblées, il use de la salle des mariages affectée,-depuis des années aux services des  citoyens pour contracter leur acte de mariage dans une ambiance de fête-, il ordonne sa fermeture pour la transformer en salle de délibération, privant ainsi des milliers de citoyens de leur devoir religieux accompli dans une intimité, pour mettre à leur disposition un bureau mitoyen avec  le poste de sécurité. Quel honte !
Pour ce faire , le P/APC , lance un avis d’appel de consultation pour les travaux d’aménagement intérieur de la nouvelle salle de délibération en date du 22 octobre 2013 sous le numéro 81/2013 pour un délai de réception des offres de 10 jours,  c.à.d., le délai prend fin le 31 octobre 2013 et l’ouverture des plis était prévue pour le 7 novembre 2013. Trois soumissionnaires ont déposé leurs devis à savoir l’entreprise Kheirani, Guettaoui et Hanni, en date du 31 octobre 2013, sous les numéros d’enregistrements, 750,751, 753, sauf que l’énigme qui entoure ces soumissionnaires qui font main basse sur tous les projets de la commune et que les écritures sur les enveloppes de soumission  seraient  écrites par une seule et même main, si l’on en croit certains élus.

Le scandale !
Avant même l’achèvement du délai de la réception des plis et la date de l’ouverture des plis et avant l’élaboration du document  «ordre de service », le Maire entame les négociations avec ses élus pour la validation des travaux de ce projet et sa facturation. En effet, il y a quelques mois, l’ex-vice-président de l’APC, chargé des finances a alerté sur les magouilles qui enrobent le projet de l’aménagement de la salle de délibération de la commune de Mostaganem et comment le maire a mis en chantage l’élu pour lui faire signer le PV d’évaluation des travaux de réalisation de cette salle en mi- mois d’octobre 2013, sept mois avant la signature de l’ordre de service (ODS) , le document qui notifie à l’entreprise chargée de la réalisation le commencement des travaux. Pris de panique, le maire piégé par son adjoint, de lui avoir notifié son refus par écrit ( en date du 13 /10/2013 sous le N° 87/2013),- qu’il ne peut valider un projet (achevé) sans ODS  et avant même l’achèvement du délai de l’avis de consultation annoncée par la commune  et la date de l’ouverture des plis-, il limoge son premier vice et engage de nouvelles procédures pour régulariser le dit projet avant que le scandale n’arrive aux oreilles du wali.
Terrifié, par le réveil sur fond de ce scandale, d’une opposition  inattendue, le maire de Mostaganem  décide de  couper le ruban de la salle de délibération à tout prix. Ainsi, le parcours du combattant commence. Voyant son vice l’abandonner, et fouillant avec la moitié des documents du dossier, le maire se tourne vers les services de l’urbanisme pour leur demander de valider le projet ainsi que le payement du service fait par l’entreprise qui avait exigé dans le temps la ‘’rançon’’ de quelques 526 millions de centimes, les services concernés et après plusieurs acrobaties,  courtisent l’entreprise pour faire descendre sa demande au seuil de près de 300 millions de centimes.
Pris en blague par son financier, le maire trouve une autre solution, celle de diviser le projet en tranches. Ainsi, il signe une convention avec l’entreprise ‘’Kheirani Aissa’’ de Djelfa en date du 18 février 2013 pour certains ouvrages de finition, fournitures, pose et revêtement sous un autre thème (achèvement aménagement intérieur de la salle )pour la somme globale de 21.994.920,00DA  et pour un délai d’exécution de 15 jours. Ensuite, il signe un bon de commande pour l’entreprise ‘’Boustilla Laid’’, en date du (non mentionnée sur le bon de commande) mais sous le numéro 33/2013 pour les travaux d’aménagement de la dite salle ‘’1ere tranche pour un montant de 492.227,50DA (facture datée du 16/10/2013 sous le numéro 982/2103), c.à.d. 16 jours avant le lancement de la consultation par voix de presse  en date du 22 octobre 2013.
 A l'époque le journal Réflexion avait  alerté les autorités  sur ce scandale, mais les autorités n’ont pas bougé, et ce motus de la part des responsables concernés et les services de sécurité qui ont pris beaucoup de temps pour ouvrir une enquête, ceci a servi donc comme gain de temps pour le maire pour maquiller sa gestion en morcelant le projet et le distribuer en tranche sur trois entreprises pour pouvoir réparer les  failles dans les documents du marché , pour ensuite attaquer en justice le journal en diffamation. Quelle intelligence !

 L’ODS, le document qui menotte le Maire !
« Tout commencement a une fin », et la fin de scandale ne s’achèvera que sur le bureau du juge. En effet, cette phrase m’a été inspirée d’une menace d’un élu de l’APC, qui a prit serment de poursuivre le maire en justice pour dilapidation.  Il s’avère que les travaux de l’aménagement de la salle ont été entrepris avant la signature de l’ordre de service (ODS). Et oui, monsieur l’élu, l’ODS a été signé après  l’achèvement du projet  de même que les entreprises ont  été payées jusqu’au dernier sou. Chiche !
En effet, et selon le document ODS qui est en notre possession, l’ODS, a été signé en date du 14 avril 2014 sous le numéro 20/2014 et la signature du maire au dessus du document fait foi. Alors que les travaux de l’aménagement de cette fameuse salle devraient débuter le 14 avril 2014 selon l’ODS, la salle a été achevée dans moins de 48 heures, si on se réfère aux événements qui ont marqué cette date. Pour rafraichir la mémoire du maire et des élus de l’APC, la date d’élection présidentielle a eu lieu en date du 17 avril 2014, d’où la salle a été réquisitionnée pour l’opération du dépouillement et la veille c.à.d. le 16 avril, le représentant de la Cour de justice ainsi que le SG de la wilaya ont examiné la salle dans le cadre des préparatifs du scrutin, sans oublier que l’assemblée communale s’est réunie dans cette même salle le 23 avril 2014. Et tous ceux qui ont visité cette salle le jour du scrutin ont témoigné que la salle était belle et bien achevée aucune odeur de peinture fraîche ne se dégageait de la salle.

Riad
Dimanche 3 Août 2014 - 20:02
Lu 842 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+