REFLEXION

UN PHENOMENE QUI RESTE TOUJOURS UN TABOU EN ALGERIE : Entre 3000 et 5000 enfants nés sous X chaque année

Entre 3 000 et 5 000 enfants naissent sous X sur plus de 800 000 naissances par an en Algérie, a révélé ce lundi à Alger l’Observatoire des droits de l’enfant (ODE). « Le problème des enfants nés sous X, dont le nombre est estimé entre 3 000 et 5 000 par an, fait toujours l’objet d’un traitement très discret de la part des pouvoirs publics, ce qui n’apporte aucune solution.



UN PHENOMENE QUI RESTE TOUJOURS UN TABOU EN ALGERIE : Entre 3000 et 5000 enfants nés sous X chaque année
Il est urgent pourtant de renforcer le traitement de ce problème à ses deux extrémités : éducation sexuelle en aval et assouplissement des procédures de kafala ainsi que l’identification ADN systématique des géniteurs en amont », a affirmé l’ambassadrice de l’Unicef en Algérie, l’ex championne de judo, Salima Souakri, lors de la célébration de la journée mondiale de l’enfance organisée à l'hôtel Hilton par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem). Si la situation des enfants est aujourd’hui certes différente de celle de leurs frères d’il y a cinquante ans, grâce aux avancées en matière de soins, d’éducation et de nutrition, il reste qu’ils sont confrontés à de nombreux autres problèmes, selon l’ODE. Et les chiffres avancés sont effarants : plus de 15 000 enfants sont présentés chaque année devant les tribunaux pour des affaires de vol ou de violence ; plus de 25 % de jeunes ont touché à la drogue et 3 % la consomment régulièrement. Le nombre d’enfants qui travaillent de façon permanente et qui ont abandonné les bancs de l’école dépasse les 350 000 alors que 20 000 enfants sont des SDF et au moins 50 000 enfants sont victimes de maltraitance chaque année. Plus inquiétant, près de 10 000 enfants ont été victimes d’agressions sexuelles en 2010, dont 80 % sont enregistrées dans le milieu familial. Enfin, 15 % des enfants quittent l’école avant la fin du cycle primaire. L’Unicef estime même que 27,2 % des enfants algériens de moins de 15 ans sont analphabètes. Quelques consolations cependant : près de 100 % des enfants de 6 ans sont inscrits à l’école et 90 % inscrits dans le cycle primaire. Le taux de mortalité pour les enfants de moins de 5 ans est passé de 68 % en 1990 à 36 % en 2010 (l’Algérie est classée 69e). S’agissant des enfants de moins d’un an, le taux reste à 25 pour 1 000, classant l’Algérie à la 141e place avant l’Égypte, la Tunisie, la Syrie et l’Iran. Par ailleurs, selon une enquête de 2008, 18 % des enfants souffrent de malnutrition alors que 20 000 enfants meurent avant leur naissance et que 20 000 autres meurent avant d’avoir atteint leur première année. « Faute d’un code de l’enfance, d’une instance nationale chargée du suivi des enfants et d’une identification claire des objectifs à atteindre en matière d’une politique nationale de promotion de l’enfance, les efforts publics, malgré leur importance ne pourront pas cerner les maux dont souffrent les enfants de notre pays ou les endiguer », conclut Salima Souakri.

Riad
Mercredi 21 Novembre 2012 - 00:00
Lu 299 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 21/11/2012 12:51
Nous n'avons pas le courage d'adopter l'unique solution qui s' impose. Nous préférons "cacher le soleil avec un tamis". Il n'y a qu'à écrire "hymenoplastie en algérie" sur un moteur de recherche pour voir l'énorme fossé qui sépare l' Algérie réelle de l' Algérie de nos illusions. L' âge du mariage recule, le célibat devient même définitif et les femmes et les hommes se côtoient de jour comme de nuit dans le travail, dans la rue, etc....

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+