REFLEXION

UN PHENOMENE QUI PREND DE L’AMPLEUR : Le kidnapping en débat au parti El Karama



Il est temps de s’unir pour lutter contre le nouveau fléau de kidnapping des enfants en Algérie. De ce fait, on a tenu à organiser une journée de sensibilisation sur le kidnapping des enfants en Algérie.
En tant que parti nous voulons contribuer à la sécurité et à la stabilité du pays. Il est tant de réfléchir et de chercher des solutions sur le problème d’enlèvement d’enfants. Nous sommes présents et nous faisons notre devoir national nous a déclaré hier le président du parti El Karama Mr Mohamed Benhamou en marge de la rencontre sur le fléau de kidnapping d’enfants organisée hier à Oran par le parti El Karama. Selon Mme Djeballah Fatima coordinatrice de wilaya du parti El Karama, ex-députée à l’APN, a déclaré que durant l’année 2012 sur le territoire national il a été enlevé quelque 300 enfants (trois cents) durant les années 2010, en 2011 il a été enregistré en moyenne par an 200 cas (deux cents) de kidnapping d’enfants. En comparaison avec les statistiques entre les années 2001 à 2009, il a été enregistré 856 cas d’enlèvements d’enfants (huit cent cinquante six). Ce fléau de kidnapping d’enfants est devenu inquiétant malgré les efforts des services de l’ordre.     Il est tant de faire des études sur ce fléau. Plusieurs questions méritent d’être posées: est-ce que ces organisations de kidnapping d’enfants qui ont le commerce d’organes humains ?     Ou des gens qui tiennent tout simplement pour tuer selon l’avis du philosophe Lambourzo qui confirme l’existence de criminels ? La criminalité étant un comportement non social. On est contre ce comportement surtout que l’islam est notre religion. Ce fléau n’est pas généralisé mais il existe sur le territoire national et il suffit d’enregistrer un cas d’enlèvement pour susciter à prendre des dispositions pour lutter contre ce fléau car les victimes étant des enfants sans défense.Il faut donc protéger les enfants de ce genre de comportement qui nuit à la société et des dangers qu’ils courent. Donc, il est nécessaire d’éradiquer ce fléau. On doit essayer de chercher les véritables raisons de ces kidnappings et par la suite trouver des solutions définitives pour combattre ce comportement nous a déclaré Mme Djaballah.  Notons que cette journée a vu la participation de sociologues, de juristes, de biologistes, de religieux ainsi que la société civile et la classe politique (d’Alger, de Djelfa, d’Oran, Tlemcen et Sidi  Bel Abbés.
 

Medjadji H
Mardi 2 Avril 2013 - 10:09
Lu 659 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+