REFLEXION

UN MOUVEMENT ATTENDU DANS LE CORPS DES WALIS : Le départ de Mme Zerhouni, une perte pour Mostaganem

Aucun indicateur sérieux susceptible d’annoncer pour l’instant un quelconque départ. Mais, comme chaque année à la même période, les rumeurs les plus folles font le tour des wilayas, faisant état du départ de tel ou tel wali, osant même avancer le nom du successeur.



UN MOUVEMENT ATTENDU DANS LE CORPS DES WALIS : Le départ de Mme Zerhouni,  une perte pour Mostaganem
Ce n’est pas nouveau, ces manières de faire ne dérangent plus personne et font presque partie des traditions inscrites dans l’agenda de leurs colporteurs. Mais tout ceci reste au stade de la rumeur. Toutefois, il y a lieu de noter quand même que le départ de certains walis posent réellement un problème de taille, non pas pour la personne elle-même, encore moins pour son staff, mais toute la population qui a pris goût à une certaine activité et à un dynamisme dans le développement local, et du jour au lendemain tout bascule. Il est vrai que la loi est là pour rappeler à tout un chacun que tout responsable, notamment quand il s’agit de hauts cadres de l’Etat, plus particulièrement ceux ayant rang de wali, est chargé d’une mission ponctuelle, limitée dans le temps, mais il n’en demeure pas moins que le départ d’un wali reste sur un goût d’inachevé malgré les grandes réalisations accomplies, à l’image du Wali de Mostaganem ou encore celui de Relizane qui ont fait de leurs wilayas respectives, wilayas dignes du nom qui méritent tout le respect. En notre âme et conscience, nous pensons qu’il n’y a pas de meilleure critique constructive positive soit-elle ou négative que celle d’un journaliste objectif dans son raisonnement et dans sa vision de des choses, car il demeure le meilleur acteur qui agit sur le terrain. Depuis l’arrivée de Mme Amina Nouria Zerhouni en 2004, qui a succédé à M.Abdelkader Zoukh, la wilaya de Mostaganem a connu une nouvelle dynamique et un rythme soutenu dans la concrétisation des différents programmes de développement. A la différence de l’ancien wali, Mme Zerhouni, a su à sa manière particulière, mener à terme pratiquement tous les programmes notamment en travaux publics, le bâtiment, la santé, le tourisme, l’hydraulique, l’environnement, la jeunesse et des sports, PME-PMI, la culture, l’emploi, bref, tous les secteurs d’activités ont eu leur part. A son arrivée, Mme le wali, selon les indicateurs socio-économiques du plan quinquennal 2004-2009, ainsi que le plan de relance économique initié par le Président de la République, a misé plus sur les zones rurales et suburbaines que les centres urbains, contrairement à son prédécesseur qui a axé tous les efforts sur le chef lieu de wilaya, en négligeant les communes déshéritées et éloignées, à l’image des communes de Tazghait, Ouled-Boughalem, El-Haciane, Fornaka, Sour, Saf-Saf etc... Mme Zerhouni, a eu une tout autre vision des choses et pour rééquilibrer la situation, il fallait remettre sur les rails ces communes par l’inscription de centaines de projets en faveur des populations rurales. La priorité dans son plan d’action a été de raccorder plusieurs communes au réseau d’alimentation en eau potable, faire en sorte que tous les douars de la wilaya soient pourvus en eau. Viennent ensuite, l’assainissement et la mise en place de réseaux d’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales, pour enfin voir, les opérations de désenclavement de ces douars par la réalisation des routes, l’éclairage public, et l’amélioration des conditions de vie des populations dans le cadre de l’habitat rural afin de les maintenir dans leurs faubourgs et leurs hameaux et leur permettre ainsi, de s’occuper de leurs terres, qui pour tout algérien provincial, la terre demeure une source de revenus de premier ordre, si l’Etat arrivait à mettre à la disposition des paysans toutes les commodités pour y travailler. Donc les facteurs de l’apaisement, de la stabilité et surtout de la confiance ont été réunis à Mostaganem et ce grâce à Madame le Wali, qui a beaucoup fait pour cette wilaya. Par ailleurs, il serait malhonnête de notre part, de ne pas évoquer que la première responsable de l’exécutif a toujours préféré travailler sereinement et dans l’ombre sans grand bruit, c’est ce qui fait l’une de ses particularités. Une responsable à la hauteur de la confiance placée en elle, toujours déterminée qu’acharnée pour atteindre les objectifs assignés. Et pour ce, elle a dû mettre un terme aux comportements de certaines gens ayant à l’époque pignon sur rue et lever le voile sur une gestion opaque des affaires publiques, tout en écartant certains personnages influents de sa route, où chacun a été remis à sa place et sans complaisance aucune. Aujourd’hui et malgré les six années passées à la tête de la wilaya de Mostaganem, un éventuel départ serait de l’avis de la majorité des citoyens, un départ prématuré du fait que l’évaluation du quinquennal 2004-2009 est très positive, et que le prochain quinquennat 2010-2014 vient d’atterrir. Les potentialités de la région et les nouveaux chantiers qui vont s’ouvrir, sont de nature à porter les défis tout hauts et le positionnement de la wilaya de Mostaganem sur l’échiquier national par rapport aux richesses locales demeure de la plus haute importance. Nous pensons d’ailleurs toujours que la nomination en 2004 de Mme Amina Nouria Zerhouni, ne laissait aucun doute sur la tendance voulue pour l’une des plus belles et riches régions du pays, par le premier magistrat du pays et qui consistait à faire de Mostaganem la « Perle de la Méditerranée »

Hocine
Jeudi 10 Juin 2010 - 00:01
Lu 2289 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+