REFLEXION

UN DEFI AUX NOUVEAUX ELUS : Des lots de terrain inexploités, transformés en décharge



Plusieurs lots de terrains attribués à de potentiels auto-constructeurs depuis des années sont jusqu'à présent  abandonnés à leur triste sort dans différents quartiers  et cités relevant de la localité de Mostaganem. Le plus désolant  c’est que ces terrains, censés êtres des habitations, se sont transformés en terrains vagues, jonchés d’herbes et de plantes sauvages et devenus, avec le temps, des décharges sauvages, vu l’amoncellement des détritus jetés par les riverains, créant ainsi un mauvais  cadre de vie et  la création  de foyers propices  à la prolifération de toutes sortes  d’insectes  et de moustiques. Ces décharges sauvages laissent dégager des odeurs nauséabondes, véritable danger pour la santé publique. Devant ce fait, habitants et riverains  s’interrogent  sur la passivité des services communaux concernés et se demandent  pourquoi à ce jour, les pouvoirs publics n’ont toujours pas  intervenus pour remédier à cette situation déplorable, en envoyant des ultimatums à leurs propriétaires et ce, afin qu’ils clôturent leur terrain et commencent à construire leurs bâtisses. 

Tayeb Bey Aek.
Dimanche 2 Décembre 2012 - 00:00
Lu 320 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par maamar le 02/12/2012 07:08
salam bien sur ils ya beacoups de terrains non batie sont livre meme a des debauches alccool ils les maures mettres quelqies choses

2.Posté par MOI le 02/12/2012 12:54
Quand je pense que ce Monsieur " Tarikos" je suis poli, est venu me défier et démentir ce que je disais dans l'édition d'hier concernant l'insalubrité de la ville et ses décharges publique à ciel ouvert, je remercie le journal Réflexion de me donner raison, je rappel à ce Monsieur que je ne fais aucunement parti du journal, je fais juste mon devoir de citoyen, de dénoncer le travail qui doit incomber aux élites de notre ville, car ils ce sont portés candidat et ont fait serment de servir la ville, de plus, ils sont grâcement payé par nos impôts. Donc je confirme ma proposition de quitter ce pays taudis dans une felouque, je préfère être manger par des poisson en mer, que d'être dévoré par des rats ou mourir et souffrir à petit feu en contractant le collera. D'ailleurs il vit ou ce Monsieur, je pense que nous n'avons pas les même valeurs

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+