REFLEXION

UN CONSTAT ETABLI PAR LES NOTABLES DE LA COMMUNE : Arzew, une ville à l’abandon

«Arzew a été, jadis, la ville phare d’Algérie. Elle s’est, malheureusement, métamorphosée en gourbi, à cause de l’inaction du pouvoir local », tel est le triste constat établi par les notables de la commune d’Arzew.



UN CONSTAT ETABLI PAR LES NOTABLES DE LA COMMUNE :  Arzew, une ville à l’abandon
C’est dans ces propos que se sont exprimés les notables  de la  ville d’Arzew dernièrement  à la place publique du centre ville. Dans une déclaration, les  membres du comité de quartier  ont   levé  le voile sur ce qui n’est un secret pour personne à Arzew. La ville est à l’abandon. Elle se dégrade de plus en plus, le cadre de vie devient au fur et à mesure insupportable. « Les bidonvilles fleurissent au cœur de la cité Ahmed Zabana et au Cap Carbon. Les chalets, le parc de la cité Emir Abdelkader ex les plateaux, la haute ville sont délaissés. Des villages et des quartiers entiers ont été érigés sans aucun plan d’urbanisation, occupant des sites qui auraient pu accueillir des milliers de logements. Les trottoirs sont devenus, avec le temps, des pièges pour les piétons. Des parkings sauvages, un transport urbain anarchique, une zone industrielle en plein milieu de la ville et des espaces verts squattés, sont entre autres, les maux qui pénalisent cette ville », a t on affirmé. Par ailleurs les membres du milieu associatif  remettent en cause « l’incompétence » et « la médiocrité » des responsables aux commandes de la wilaya. « Malgré un budget  en conséquence soit  environ  100 milliards de cts, alloué annuellement  à notre commune, la contestation citoyenne est devenue monnaie courante par, notamment, la fermeture des routes, de la  mairie, de la daïra, et des sit-in organisés souvent devant le siège de la daïra. Par conséquent, la révision par l’Etat des critères de choix pour la désignation de l’exécutif de notre  commune  qui est paralysée depuis  son installation est une nécessité, du fait que l’incompétence, la médiocrité et les passe-droits sont fréquents», dénonce la coordination du mouvement associatif de la commune d’Arzew dans sa déclaration publique devant une assistance nombreuse  dans la terrassedu café « le Méditerranéen »  dans la place publique du centre ville d’Arzew.

Medjadji H
Dimanche 16 Juin 2013 - 08:34
Lu 501 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+