REFLEXION

UN CHANTIER QUI BOITE DEPUIS PLUS DE 6 MOIS : La route du port, le tronçon de la mort

Il y a eu mort d’homme et des blessés, plusieurs accidents corporels et matériels ont été enregistrés, le tronçon de la mort continue dans sa folie meurtrière et les autorités locales restent sans réaction. Et pour cause un chantier qui s’éternise à proximité du port.



UN CHANTIER QUI BOITE DEPUIS PLUS DE 6 MOIS : La route du port, le tronçon de la mort
En effet, le chantier ouvert juste à proximité du port dure depuis plus de six mois et les travaux n’avancent guère pour des raisons encore inconnues. Ce chantier qui concerne des travaux de réfection et de réhabilitation de la chaussée suite à un affaissement de terrain, est devenu un calvaire que les automobilistes se doivent de confronter chaque jour que Dieu fait. Des travaux qui ne devraient pas excéder le délai de trois mois, s’éternisent au vu et au su des autorités locales. La route du port, devenue le tronçon de la mort, comme il n’échappe à personne et surtout pas aux responsables locaux est un axe routier où la circulation est très dense, il est emprunté de jour comme de nuit, par pas moins de 1000 véhicules tous types confondus, c’est un axe routier à grande circulation. Il est à signaler également le manque de panneaux de signalisations, notamment la nuit, une imprudence grave de la part des responsables du chantier qui pourrait éventuellement être source d’ accidents tragiques à l’image de cet accident qui a coûté la vie à un conducteur d’une berline de marque Mercedes qui a percuté de plein fouet un gros camion de transport d’agrégats qui venait en sens inverse. Selon les riverains et les témoignages recueillis sur les lieux, le chantier a créé un désordre et une anarchie sans précédent, du fait que la circulation n’est nullement règlementée à cet endroit. Il est affirmé par ailleurs, que dans la plupart des cas, c’est le policier de faction devant l’entrée du port qui accourt pour dégager la voie devenue trop encombrante, notamment devant une institution (le port) qui devrait être protégée de tout acte malveillant, mais avec cet embouteillage à longueur de journée, le policier ne peut s’aventurer à chaque fois que de besoin pour désengorger la circulation. La question qui reste posée aujourd’hui, jusqu’à quand ce laxisme va-t-il perdurer ? Pourquoi le maitre d’ouvrage et les services techniques concernés ne mettent pas en demeure l’entreprise chargée de la réalisation des travaux de respecter les délais d’exécution. Un grand danger guette les automobilistes au même titre que tous les autres usagers de la route (motocyclistes et piétons), si les autorités concernées n’intervenaient pas et mettre un terme à cette gabegie.

Ahmed Mehdi
Vendredi 5 Mars 2010 - 10:26
Lu 459 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+