REFLEXION

UN CHANGEMENT DANS LA CONTINUITE : 2011 sera-t-elle l’année des concrétisations ?

L’année 2010 s’est achevée et 2011 a pris le relais, pour égrener de promesses et de grandes illusions. Comme à chaque fin d’année, cette nouvelle année s’annonce avec les mêmes espérances partagées, ceux qui luttent contre leur quotidien difficile et rêvent d’une année 2011 plus clémente porteuse un plus de justice, de changement dans la répartition des taches, des chances et des richesses semées ici et là par le train du progrès du développement local.



Mais à Oran comme ailleurs 2010 s’achève elle aussi comme elle avait commencé, plusieurs familles des mal-logées étaient souvent rassemblées devant le  siège de l’autorité locale pour demander leur inscription sur les listes des heureux concernés par une opération de relogement des sinistrés du vieux bâti. Des opérations d’attribution de logements qui restent bien insuffisants à résoudre le fléau et juguler le déficit des opérations de relogement, dîtes de « première tranche », qui ont du mal à cacher l’amère réalité du terrain oranais. Une réalité marquée par les lenteurs et des retards hallucinants dans l’avancement des projets. Et comme à la fin de chaque année, beaucoup espèrent un changement qui mettra fin à leur calvaire. Il  a été fait dans la continuité, la nomenclature n’a jamais changé,  on a toujours les mêmes et on reprend le même scénario. On se souvient  qu’au début de l’année qui s’achève, les sinistrés d’El Hamri et de  Médiouni, s’estimant bernés par les promesses des responsables avaient bloqué la grande avenue en y incendiant des pneus, ils avaient promis d’autres actions de protestation jusqu’à ce que leur cause soit entendue. Deux années auparavant, soit en 2008, toutes les artères du quartier étaient condamnées et bloquées par des tentes dressées sur la voie publique et  des baraques de  fortune pour les vrais et faux sinistrés. Une situation qui allait durer  jusqu’à l’arrivée d’un nouveau Wali, soucieux d’appliquer la loi.  2010, aura connu ses « heureux recasés » qui pour certains rêvaient  depuis trente ans. Mais d’autres toujours plus nombreux attendront 2011. Et avec les intempéries hivernales, les risques d’effondrement, l’année 2011 pourrait bien  ressembler aux précédentes. Avec le  temps et la « fatigue » des officiels chargés d’assurer le calme et le respect des règles  urbaines. 2011 pourrait, elle aussi être porteuse des mêmes colères et protestations liées à ces mêmes préoccupations. Du chômage au logement, en   passant par l’école, l’hygiène publique où le cadre de vie urbain « délabré ». La nouvelle année fraichement entamée qui s’installe offrira sans doute elle aussi, son lot d’angoisses et de questionnement, une majorité d’Oranais anonymes n’ont en effet pas grand chose à retenir du bilan de cette année 2010.  Les mal-logés, les sans-abris, les  vendeurs à la sauvette,  les marchands ambulants illicites,  les gardiens des voitures et tous ceux qui restent loin des chiffre sur la croissance et du langage économique officiel,  n’auront plus cette année comme ce fut le cas en 2010 une coupe d’Afrique et un mondial de  football 2010, pour oublier un instant leur misère relative à leur frustration certaine. Oron tente il est vrai, chaque année d’afficher une vie économique, culturelle et artistique moins terne et moins morose. Mais malgré les efforts indéniables en matière d’investissement, servant à réduire les déficits en infrastructures, le progrès, la modernité et surtout le bien être social restent encore des horizons incertains. Avec la recrudescence des fléaux sociaux, la drogue, la prostitution, l’insécurité, les violences urbaines et les grands désagréments du cadre urbain collectif, « Oran la joyeuse », a perdu presque tous ses repères et ne cesse d’année en année de compromettre son avenir. Le pouvoir local en place depuis deux mois, a le mérite de s’inscrire dans une nouvelle démarche porteuse d’espoir et de progrès.

5874.bmp 5874.bmp  (197.81 Ko)
5874_1.bmp 5874.bmp  (197.81 Ko)


N.Bentifour
Vendredi 21 Janvier 2011 - 23:01
Lu 215 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+