REFLEXION

UN BENINOIS BENI PAR LES PHARAONS : Kodjia aurait vécu plus de 10 ans en Egypte

Après la parution à la Une de l’article dans « Réflexion », sous le titre « l’arbitre Koffi Kodjia, corrompu », d’autres informations sont parvenues à la rédaction du journal faisant état de l’existence de liens d’amitié en l’indélicat arbitre et les égyptiens.



UN BENINOIS BENI PAR LES PHARAONS :     Kodjia  aurait vécu  plus de 10 ans en Egypte
En effet, selon notre source d’information, Koffi Kodjia aurait séjourné plus de 10 ans dans le pays des Pharaons, et aurait même poursuivi un stage sur l’arbitrage dans ce pays, il aurait été même formé là-bas. Durant son long séjour, il avait dit-on lié des relations très fortes avec le monde du football et connaît parfaitement tous les dirigeants de la discipline sans exception. D’autres sources véhiculent que cet arbitre est connu pour ses penchants malsains et son comportement de corrompu et de malhonnête. Il a été sensibilisé à l’occasion par les égyptiens da fait qu’il aurait été pris en charge juste avant le déroulement de la CAN à Charm-Cheikh aux frais de la princesse. Durant cette CAN, il a été directement affecté à Benguella, pour officier au sein du groupe dont l’équipe égyptienne faisait partie. Il a séjourné côte à côte avec les dirigeants égyptiens jusqu’au jour fatidique, où il a démontré toute sa malhonnêteté et son incompétence. La CAF l’a reconnu, l’arbitre n’a pas été à la hauteur et il a commis beaucoup de fautes, même la fédération béninoise de football, l’avait publiquement dénoncé, c’est du favoritisme pur et simple. Le président de la commission d’arbitrage, le malien Amadou Diakété, peut-être lui aussi, était de la partie du fait que l’Algérie ait accédé aux quarts de finales au détriment de l’équipe de son pays. Ce responsable semblait oublier que lui-même avait récusé cet arbitre lors des éliminatoires. La CAF aurait dû désigner un arbitre impartial et compétent pour diriger un match qui s’annonçait très tendu, d’autant que le béninois Kodjia, s’était illustré par de graves erreurs au premier tour, lors du match Tunisie-Gabon. Mais en confiant le sifflet au corrompu Kodjia, la CAF a fait preuve d’une complicité et d’un parti pris en faveur de l’Egypte. Sans doute pour lui offrir une victoire sur un plateau ert la consoler de son échec à se qualifier au Mondial 2010. Le béninois, béni par les Pharaons, a complètement et volontairement raté son match, il a sifflé des fautes et hors jeu imaginaires, offert un pénalty généreux, expulsé trois joueurs algériens et distribué des cartons jaunes et rouges. Un arbitre d’un tel niveau ne devrait pas arbitrer des rencontres difficiles de demi-finales de la CAN. Aux dernières nouvelle Kodjia s’est calfeutré dans sa chambre d’hôtel depuis la fin du match et refuse de rencontrer les journalistes venus nombreux lui poser des questions, il serait dans un état psychologique lamentable. Les Pharaons l’ont béni et Dieu le punira. Qu’il soit maudit jusqu’à la fin de ses jours.

Amara Mohamed
Samedi 30 Janvier 2010 - 23:01
Lu 676 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+