REFLEXION

UGTA : L’opposition dénonce la fraude à Mostaganem. Sidi Saïd devant le fait accompli.

Les conditions dans lesquelles s’est déroulé le vote de la commission chargée de la préparation du 11ème congrès de l’UGTA de Mostaganem, ont été émaillées de plusieurs dépassements dont notamment l’interdiction de vote par procuration contrairement aux autres wilayas !



UGTA : L’opposition dénonce la fraude à Mostaganem. Sidi Saïd devant le fait accompli.
L’opposition de l’UGTA Mostaganem qui demeure apparemment écrasé en raison de toutes les preuves sur la mauvaise gestion qu’elle détient à l’encontre du clan qui s’est accaparé de la présidence de l’Union, est amplement revenue, dans une conférence de presse organisée à l’hôtel de la Munatec avant-hier en fin de journée, sur « les incidents et les dépassements » vécus lors de l’élection de la dite commission en date du 06 du mois en cours, sous la présidence d’émissaires de Sidi Saïd et de Mr Beljilali Ali qui prétendu SG, alors que ce poste revient encore selon la paperasse de l’UGTA, à Mr Tayeb Rouiri intérimaire depuis 5 ans.
A vrai dire, les incohérences de l’UGTA de Mostaganem et son récent vote, ne se limitent pas uniquement à cet évènement, tant que la gabegie y fait sérieusement des émules en matière de gestion et de représentativité. Alors que cette échéance s’est tenue en dehors des locaux du syndicat, ce qui est en somme une grave procédure contraire aux textes régissant l’organisme et à l’ordre de mission paraphé par la Centrale, les organisateurs ne se sont pas limités à la convocation des membres de la commission de wilaya seuls concernés par l’évènement. « Si ce sont tous les membres de l’UGTA qui ont été convoqués, c’est qu’il y ait eu d’avance une intention à générer un climat de désordre afin de parer au bon déroulement du vote comme nous étions plus nombreux qu’eux », disent les conférenciers.
Or, au-delà de ces petits détails qui en disent long, d’autres falsifications se sont venues encore entacher le vote. Dans une lettre adressée au 1er responsable de l’UGTA, les signataires au nombre de 28 membres parmi le comité d’exécutif, énumèrent 5 griefs les uns graves que les autres. Alors que les membres nationaux étaient d’accord pour que les détenteurs de procuration votent au lieu et à la place de leurs collègues, les dissidents fort nombreux que les membres du clan de Mr Beljilali, ont été scandaleusement rebutés par la pirouette des dits émissaires ayant changé de tactique, à la dernière minute pour refuser tout vote par procuration, alors qu’il n’en était pas question au préalable. Ce qui a bien sûr joué à la faveur du bureau autoproclamé « officiel » en rapportant 23 voix devançant l’autre partie d’un point. Or, la veille de ce vote, un autre similaire suffrage a eu lieu à Tiaret et les procurations n’avaient pas été interdites par les membres nationaux parmi lesquels figurait un des émissaires présents au vote de Mostaganem. Ainsi, le refus des dits 4 procurations, outre l’interdiction à un autre membre de la commission d’effectuer son vote, sont autant d’incohérences au même titre que la validation du vote d’un autre membre ne faisant pourtant point partie de la commission de wilaya. Et pour couronner ces maladresses pour ne pas dire fraudes, « les organisateurs n’ont pas manqué à faire appel à un huissier pour valider la mascarade », disent les conférenciers, « alors que la législation interne du syndicat ne le permet ». Les signataires de la lettre envoyée à Sidi Saïd, axent également sur la non-représentativité de certains membres ayant pris part de la réunion du 06/09, à l’exemple d’un membre exclu par la Centrale depuis 2004 et un autre non élu par la commission de wilaya.
Les représentants des contestataires qui veulent que la Centrale dégage un audit « pour faire la lumière sur tant de mystifications et de maraudages », se disent « attendre un geste sérieux de la part de Sidi Said », ajoutant un peu loin, « nous représentons 19 secteurs contrairement à l’autre camp qui ne représente qu’un seul secteur celui de l’éducation et encore de quelle représentativité et on ne veut que l’application de la loi et des textes régissant l’UGTA ». Le cas échéant, les conférenciers n’ont pas manqué de faire entendre leur détermination à aller devant la justice pour invalider les résultats du vote de la commission de préparation du 11èe congrès. « Et nous n’écartons pas à priori un sit-in pour occuper le siège de l’Union wilayale ».

B. Abderrahmane
Mardi 18 Août 2009 - 08:00
Lu 616 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+