REFLEXION

Travaux de désherbage et de nettoyage de l’Oued-Bechar

Une opération de nettoyage et de désherbage entamée, depuis le mois passé sur le lit de l’oued de Bechar, se poursuit toujours, a-t-on constaté sur place. En effet, cette démarche est menée en prévision d’éventuelles crues de saison.



Les travaux se font sur une distance de prêt de 17 km de ce cours d’eau coupant la capitale de la Saoura en deux. Cette action consiste aussi à traiter les différents points de stagnation des eaux de pluie pour permettre rapidement leurs écoulements. Il est à signaler que les travaux de construction du mur en béton de protection des berges, se poursuivent aussi sur un parcours de 7km, notamment à proximité des lieux et zones d’habitation inondables. Parmi les points noirs dans la ville de Bechar, dont tout le monde en parle et qui restent à régler,  figure El-Oued coupant cette cité en deux. Ce cours d’eau, dont les pouvoirs publics ont investi des sommes colossales pour les réalisations de ses berges et la déviation du passage du réseau d’évacuation des eaux usées qui déversaient à l’intérieur, il y a quelques temps seulement. Maintenant, il reste surtout de mettre sur place un système pouvant capter ces importantes quantités d’eau en provenance des crus, pour l’éventualité de leur utilisation dans le domaine agricole comme cela se faisait jadis, indiqueront plusieurs observateurs de la scène locale. En effet, tout le monde sait que des millions de mètres cubes d’eaux amenés à chaque année par des crues, et finissent par disparaître dans la nature, sans profiter à aucun secteur. Des spécialistes n’ont pas manqué de relever l’extrême importance de cet oued au vu de son utilité et de son impact sur le développement local. En plus de son impact sur l’évolution de la vie urbaine, de l’extension de l’agriculture saharienne et de la mise en place d’un véritable tissu industriel dans la région. Ce cours d’eau assurera sûrement le progrès pour tous, si ses eaux seront bien exploitées, nous a fait savoir un ancien ingénieur en hydraulique à la retraite. Selon des sources proches de la direction de l’hydraulique de la wilaya, il existe des projections futuristes concernant cet Oued, et une étude a été confiée à un bureau d’étude français il y a plus d’une année.  Et les autorités ont toujours fait de ce court d’eau leur préoccupation majeure, ajoute également notre source.

Fendaoui Hadj
Mardi 8 Avril 2014 - 10:39
Lu 215 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+