REFLEXION

Tissemsilt: L’entreprise Somibar secouée par un autre scandale

Pour beaucoup de monde notamment ceux travaillant dans la société des mines de baryte de Boukaid (Somibar) à l’extrême nord de Tissemsilt, garder encore une fois le silence complice, factice ou hypocrite sur l’actuelle situation de cette société et sur la multitude d’ anomalies qui la caractérise est un crime qu’on ne peut désormais laisser sous silence marquant ainsi leur désir à tout déballer.



Tissemsilt:  L’entreprise Somibar secouée par un autre scandale
 En effet, les travailleurs de cette société souhaitaient tellement que certains de leurs  responsables avaient intérêt à se faire oublier mais ils n’ont faisaient qu’à leurs têtes et continuent à faire monter la pression au point de l’explosion.  Le scandale cette fois est venu de cette administration qui, soit elle est soumise aux ordres des hauts responsables soit elle ne connait rien dans la gestion administrative notamment le service des mandatements des salaires, les documents en notre possession démontrent sans le moindre doute que certaines personnes de moindre responsabilité sont rémunérés mieux que les cadres de la société, elles touchent des salaires que même le chef de service de l’exploitation ne touchera pas et en illustrant cette anomalie, il est fait état dans un bulletin de paie du beau frère du président du comité de participation qui n’est pour rappel qu’un chef de quartier que le salaire net à payer de cet agent est de l’ordre de (68640,68)DA un salaire proportionnellement « gonflé » par rapport à son grade , à son poste de travail et même à son niveau d’instruction et comparativement à celui d’un ingénieur chef de département de l’exploitation et ce ne sont là que de bribes informations par rapport à  ce qui se passe dans cette société étatique et à ce niveau l’on se demande qui est responsable d’une telle pratique ? Comment  un simple chef de quartier (équivalent à un chef de groupe) touche mensuellement ce salaire gonflé plus que ses supérieurs ? Et enfin est-ce que les premiers responsables de cette société sont au courant de ces pratiques ? N’empêche que les personnes qui avaient toujours le courage de dénoncer la situation attendent tous le renvoi de l’ascenseur en signe de probable ouverture d’une enquête, seulement, l’écho tarde encore à leur revenir de cette lointaine contrée qui est Boukaid.                  
                                        

A.Ould El Hadri
Vendredi 3 Mai 2013 - 19:25
Lu 380 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+