REFLEXION

Tchipa, chkara et complicité des commis de l'état : Un douanier milliardaire à Tissemsilt et un gargotier homme d’affaires à Mostaganem

Dans la wilaya de Tissemsilt, un douanier, possède plusieurs voitures, qui sont louées à des sociétés et dispose d’une fortune estimée à des milliards ainsi que plusieurs projets dans la wilaya de Tipaza. A Ain-Tedles dans la wilaya de Mostaganem, un gargotier devient milliardaire et un grand entrepreneur. Un fellah à Mascara se transforme en grand politicien doté d’un compte bancaire nanti d’une somme de plus de dix milliards.



Tchipa, chkara et complicité des commis de l'état : Un douanier milliardaire à Tissemsilt et un gargotier homme d’affaires à Mostaganem
Le président de la République a insisté pour que «la justice veille à sanctionner avec la plus grande fermeté les fléaux de la corruption, des détournements et des fraudes». Ainsi La lutte contre l’excès dans les importations, a été traité par  le Conseil des ministres où de  nombreux dossiers ont été révisés et d’importantes mesures ont été et adoptées à l’issue. De même que la lutte contre la corruption ait été également discutée dans ce même Conseil. A Béjaïa, l’ancien DG de l’OPGI a été convoqué par la justice pour détournement de 13 milliards de centimes pour des attributions douteuses de logements sociaux participatifs (LSP) et locaux commerciaux. A Boumerdès, une enquête a été ouverte sur une forêt vendue au dinar symbolique, sur une simple délibération de l'APC de Zemmouri, 34 hectares d'une forêt relevant du domaine public ont été vendus au dinar symbolique à l'EPLF de Boumerdès. Le premier responsable de l'exécutif de Boumerdès s'est dit très inquiet de la manière où la procédure par laquelle, une si belle forêt disparaît du jour au lendemain avant d'être urbanisée sans que sa valeur ne soit prise en considération notamment sur le plan financier. Dans la wilaya de Tissemsilt, un douanier, possède plusieurs voitures, qui sont loués à des sociétés et  dispose d’une fortune, estimée à des milliards, ainsi que plusieurs projets dans la wilaya de Tipaza. Cet homme est devenu l’exemple à suivre dans le domaine « des affaires ».A Oran, le secrétaire général de la daïra d’Es-Sénia est impliqué dans le trafic de cartes grises. Arrêté avec  deux employés du service des cartes grises de la daïra par les éléments de la section de recherches du groupement de gendarmerie nationale de la wilaya de Tlemcen. Ce commis de l’état agissait en complicité avec un entrepreneur, actuellement en fuite. Ce dernier était  à la tète d’un réseau international de trafic spécialisé dans la falsification de cartes grises de voitures volées d’Europe pour être introduites à Maghnia via le Maroc pour la régularisation des papiers au niveau des services de la wilaya d’Oran.Toujours à Oran, un détournement de 17 milliards à la BADR d'Aïn-El-Turck. L'affaire commise, durant la période 1992-1998, au niveau de l'agence Aïn El-Turck de la BADR a été jugée par le tribunal criminel d'Oran, où six personnes, dont deux ex-directeurs de cette succursale et trois clients comparaissaient au box des accusés pour répondre des chefs d'accusation de dilapidation de deniers publics, émission, acceptation et escompte de chèques sans provisions. Les deux ex-directeurs d'agence et un client H.A. ont été condamnés à 5 ans de prison. Deux autres clients ont écopé de 10 mois avec sursis.A Aïn-Témouchent, des entreprises du BTPH impliquées dans le trafic de ciment . Les premiers éléments de l’enquête, menée par la gendarmerie nationale de la wilaya d’Aïn Témouchent, révèlent l’implication de certaines entreprises du BTPH activant dans la wilaya d’Aïn Témouchent. L’enquête a mené à l’arrestation de plusieurs personnes et la saisie de centaines de tonnes de ciment trafiqué. A Mascara, un fellah se transforme en grand politicien doté d’un compte bancaire d’une somme de plus de dix milliards. Amadoué par les salons feutrés de la capitale, et les nouvelles relations dans le milieu politique et du business, le fellah se voit déjà sénateur, et il n’entend pas l’être par la voie normale du fait qu’il n’est pas élu, mais  son ambition  est d’être choisi dans le tiers présidentiel. Pour s’introduire dans la haute sphère et s’élire une place à la chambre haute du parlement, il est prêt à tout. Il possède un compte en banque mobile et flexible, donc de ce côté-là aucun souci, pourvu que ça marche. Et à Ain Tedles dans la wilaya de Mostaganem, un gargotier, est devenu un grand entrepreneur et un milliardaire comme par enchantement. L’origine de sa richesse, n’est ni la bague de Salomon ni la Toison d’Or, encore moins le loto. Eh ! Oui tous les chemins ne mènent pas uniquement à Rome mais aussi à toutes les richesses. Ainsi l’un de ces chemins, est celui utilisé par les plus rusés, celui des prêts bancaires. Sans aucun effort, ni persévérance, l’argent de l’état est là, pourquoi se fatiguer, donnez plus et vous aurez plus, c’est la devise. De crédit en crédit, le petit gargotier a su mener en bateau tout ce beau monde en les corrompant jusqu’à la moelle épinière. Voilà une astuce pour gravir les échelons de la haute société et s’infiltrer dans les cercles maffieux d’une part et soutenir des campagnes électorales d’autre part, car en retour il y a évidemment les dividendes de son investissement. Rien n’est gratuit..

. .
Dimanche 9 Août 2009 - 08:01
Lu 1090 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+