REFLEXION

Tapage nocturne a Mascara :Quand les mariages empêchent de dormir

Durant ces dernières années, l’Algérien s’est complètement rebellé au point de ne se soumettre à aucune loi, ni à aucune autorité. En effet, dans un passé récent, l’Algérien était discipliné et répondait parfaitement à ses coutumes et aux règles régissant son pays, aujourd’hui, nos villes se sont transformées en de grands douars, chaque personne agit à sa manière, personne ne respecte personne, sinon comment expliquer la situation que nous vivons, une situation qui dérange tout le monde ?



Dans le passé, les mariages étaient programmés pour être célébrés les jeudis, jour de repos et se termine le vendredi juste après le diner, les voisins supportaient cette nuit et pouvaient récupérer le vendredi. Aujourd’hui, les mariages sont célébrés tous les jours de la semaine, avec une musique à tue-tête toute la nuit (DJ), c'est-à-dire de 21 heures à 6 heures du matin sans arrêt et sans respect aux prières du Fajr et du Sobh. Durant la journée, les habitants de la ville doivent supportés ce brouhaha que provoquent ces véhicules qui circulent à travers les rues avec des hauts parleurs sur le capot diffusant une musique vulgaire et insupportable sans que personne n’ose dire un seul mot. On se demande disait Si Bouzid « Où sont passés les lois sur le tapage nocturne qui s’appliquaient durant les décennies passées ? L’interdiction de la diffusion de la musique à travers les rues de la ville touchant ainsi aux mœurs de toute la population ? Les mariages sont devenus également un risques sur nos routes, combien d’âmes sont parties par la faute de ces mariages, voir ces longs cortèges qui circulent avec des voitures neuves conduites par des jeunes en état d’ivresse et d’autres sous les faits de psychotropes qui circulent à tombeaux ouverts en deux voir trois position surprenant parfois de paisible citoyens qui revenaient avec leur famille d’une journée de voyage, des familles entières ont disparus par des accidents causés par des cortèges de mariages » de leur coté, un groupe de citoyens disent « On se demande où sont passés nos responsables ? Qui délivre les permis pour les mariages ? Et sur ces permis, a-t-on vraiment indiqué l’heure d’arrêt de ces tapages ? Sans doute non, nos responsables et à leurs têtes les élus, qui sont les premiers responsables, puisque représentant du peuple vivent le je m’en-foutisme, les permis ne sont que de simples pièces délivrés pour permettre aux APC de récupérer le montant fixé, et les services censés veillés sur la sécurité des citoyens et leur tranquillité affichent la passivité permettant ainsi aux opportunistes d’en profiter de la situation ». Nos villes ont depuis la décennie noire perdu de leur statue de cités citadines, elles sont aujourd’hui de simples cités ou tout est mélangé, pas de propreté, aucune notion d’esthétique, des tours montent dans l’anarchie totale, les rues  dégradées, des commerces qui poussent comme des champignons et ne répondant à aucune règle et le reste. A qui veut nous entendre salut.

B.Boufaden
Vendredi 14 Septembre 2012 - 23:00
Lu 532 fois
RÉGION
               Partager Partager


1.Posté par yasmine le 15/09/2012 13:12
mille merci pour cet article.en effet rien ne vas plus dans notre société chacun fait sa loi à sa guise.toute est à revoir.le pire est que c'est jrs les autres qui sont mal élevé et pas éduquer ! c'est jamais moi en 'oublis de regarder sa bosse!

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+