REFLEXION

Tabac à chiquer contrefait



Les Algériens consomment 700 millions de sachets (de 20 et 30 g) de « Chemma » (tabac à chiquer) par an, selon les statistiques de la Société nationale du tabac et allumettes (SNTA). La « Chemma » consommée autrefois exclusivement par les vieilles personnes se répand, de nos jours, de plus en plus parmi les jeunes. Ce tabac à chiquer fabriqué selon des normes habituelles pourrait, toutefois, être mélangé par des artisans malveillant à des substances chimiques dont la chaux, le sable et même la bouse de vache, selon un fabriquant. En dépit des méfaits de la « Chemma » sur la santé physique et morale du chiqueur (cancer de la gencive notamment), les accros à cette substance trouvent beaucoup de difficulté à se départir de leur dose de nicotine. Il faut beaucoup de volonté pour arrêter d’en consommer définitivement après plusieurs années d’addiction. « La consommation du tabac est nocive pour la santé » (loi no 85-05), « la vente du tabac est interdite aux mineurs », lit-on, étrangement, sur le sachet du tabac à priser. Plus étrange encore, cette inscription portant composition de la chique où on peut lire "eau, tabac et autres substances" mais que sont-elles ces substances ?

Réflexion
Dimanche 17 Juin 2012 - 09:42
Lu 391 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+